Si au RN Dordogne, on vide son sac, Frédéric Gojard « ne pense pas » que le signalement d’Anticor 33 concernant Edwige Diaz « tiendra »

-

politiqueSi au RN Dordogne, on vide son sac, Frédéric...

 

Avec Alain Rodriguez qui allait lui succéder par intérim, l’ancien patron du RN Dordogne Frédéric Gojard nuance les propos tenus par Anticor 33 (DR)

Le Rassemblement national (RN) Dordogne traverse une zone de turbulences. À savoir si celles-ci sont parties pour durer. Au moins le temps, pour ceux qui pourraient être poussés vers la sortie le 30 juin prochain de vider leurs sacs, possiblement bien garnis. C’est en effet la date à laquelle deux anciens cadres du RN Dordogne sont convoqués à la commission des conflits, présidée par Wallerand de Saint-Just : Alain Rodriguez et Frédéric Gojard. Toutefois, ce dernier notamment revient sur le signalement qu’Anticor 33 a adressé au parquet de Bordeaux sur le caractère supposément fictif de l’emploi d’assistante parlementaire d’Edwige Diaz auprès de Jacques Colombier, quand il était député européen en 2018 et 2019 : il ne serait pas parti pour tenir. Avant de préciser comment les exclusions sont décidées au RN.

Les anciens boss du RN Dordogne Alain Rodriguez (par intérim) et Frédéric Gojard (jusqu’au début novembre 2020), mandats séparés par celui de 6 mois de leur homologue Karine Ménard (démissionnaire fin février 2021), avant que Florence Joubert ne la remplace (le 11 mai 2021), sont tenus d’expliquer leurs propos, rendus publics, sur le candidat de la liste RN des régionales 2021 en Dordogne Jacques Colombier. Ils avaient en effet fustigé le choix du conseiller régional sortant girondin, présenté comme un proche d’Edwige Diaz, pour emmener, en Dordogne, la liste RN régionale en Nouvelle-Aquitaine. Plus généralement, ce sont des « désignations par copinage » qui les ulcèrent. Pour l’ancien militaire haut-gradé Frédéric Gojard, « à l’armée, quand vous n’êtes pas bon, vous êtes viré ». Or, ce principe-là serait précisément enjambé par le parti, où des accointances empêcheraient de débrancher des candidats susceptibles à ses yeux d’emmener le parti RN dans le mur. Pour être autorisé à défendre ses couleurs aux régionales 2021 en Nouvelle-Aquitaine, il aurait mieux valu « appartenir à l’entourage d’Edwige Diaz »… que se prévaloir de compétences, soutient Frédéric Gojard. Le « parachutage » du conseiller régional sortant girondin Jacques Colombier en Dordogne, en numéro Un de la liste des régionales 2021, n’est donc pas davantage passé. À son siège de Nanterre, le RN a peut-être anticipé la stupéfaction de ses deux anciens cadres périgourdins… sachant que ces derniers l’avaient prévenu qu’ils ne voulaient surtout pas de cette option. « On a appris sa candidature par voie de presse ». Jacques Colmobier n’a en tout cas pas pu compter, ces deux derniers dimanches, sur la voix de Frédéric Gojard, pourtant indéfectiblement attaché aux valeurs nationalistes.

« Comment le RN pouvait-il verser des salaires élevés à ses permanents quand certains adhérents aux revenus modestes se privent pour pouvoir payer leurs cotisations ? »  

Après avoir manqué voir leurs candidatures invalidées aux départementales 2021 en Dordogne pour cause de retard dans l’acheminement des bulletins à la préfecture, Alain Rodriguez (canton de Bergerac 2) et Frédéric Gojard (canton de Montpon-Menesterol) s’étaient vu retirer l’investiture du RN à une encablure du scrutin.

Une série de tracasseries qui a fini par les rendre bavards et soucieux de faire les comptes.

Frédéric Gojard a ainsi exhumé une affaire dont il avait déjà fait état sur les réseaux sociaux : le conseiller régional de Nouvelle-Aquitaine RN Robert Dubois (démissionnaire du conseil municipal de Bergerac début avril 2021) ne se serait à l’époque jamais acquitté des 10% qu’il devait reverser au RN, en sa qualité d’élu, même si cette disposition interne au parti « n’est pas obligatoire ». De quoi le rendre supposément redevable, toujours à l’époque, d’une somme comprise « entre 23 000 et 26 000 € », soutient mordicus l’ancien militaire haut-gradé. Il affirme en effet avoir été sûr de ce qu’il avançait alors, preuve à l’appui. D’ailleurs il est également certain que le membre du bureau politique du RN Jean-Lin Lacapelle devait s’en entretenir avec l’intéressé mi-juin 2020.

Et puis, dernièrement, le « kit de campagne » que le RN a proposé à ses candidats aux départementales 2021, autrement dit des « tracts et affiches » qui viennent « en plus » des documents officiels ont été conçus « sans la validation de l’exécutif du RN Dordogne ».

De son côté, Alain Rodriguez a demandé à la commission des conflits, dans un courrier en LRAR du 14 juin dernier, « comment (le RN) pouvait verser des salaires élevés à ses permanents quand certains adhérents aux revenus modestes se privent pour pouvoir payer leurs cotisations ? ». Et puis, il y a des fédérations, poursuit-il, qui ne perçoivent plus le « retour » prévu sur celles-ci, ces militants aussi, que le RN ne rembourse pas quand ils se mettent en quête de chercher des candidats. « Être dans l’opposition et être habitués à critiquer le travail des autres est une chose. Être aux commandes en est une autre. J’espère que vous saurez me rassurer sur les doutes que vous avez fait naître et qui me font craindre le pire ».

« Le système de fonctionnement dans beaucoup de régions est d’éliminer les gens qui pourraient faire de l’ombre à une personne comme Edwige Diaz, mais les courriers d’exclusion ou de convocation devant une commission des conflits ne viennent que de Nanterre »

Frédéric Gojard nuance l’hypothèse que le référent d’Anticor en Gironde David Poulain a avancée, en commentant le signalement qu’il avait adressé au parquet de Bordeaux, au sujet d’exclusions du RN qui auraient été à l’initiative d’Edwige Diaz. « Les courriers d’exclusion ou de convocation devant une commission des conflits ne viennent que de Nanterre (où est le siège du parti) ». Toutefois, l’ex-patron du RN Dordogne indique que « le système de fonctionnement dans beaucoup de régions est d’éliminer les gens qui pourraient faire de l’ombre à une personne comme Edwige Diaz. C’est un fonctionnement quasi général qui exclut toute personne ayant un certain niveau intellectuel. Dans les départements (cités par Anticor 33) les responsables étaient compétents ».

« Edwige Diaz est contestée par des adhérents, des élus, et une partie de l’état-major de Nanterre »

En tout cas, avec Alain Rodriguez, Frédéric Gojard précise n’avoir apporté aucun document permettant « d’étayer le dossier » d’Anticor 33. Sur la question du caractère supposément fictif d’Edwige Diaz, qui a été portée par l’association de lutte contre la corruption à la connaissance du procureur Frédérique Porterie, Frédéric Gojard ne pense d’ailleurs pas qu’il puisse être un jour démontré. « Celle-ci a organisé des voyages d’information pour les adhérents du RN vers Bruxelles et Strasbourg. Objectif : leur faire connaitre les structures européennes ». Lui-même y a participé une fois. Il a été deux jours à Strasbourg… et « c’était très bien ». En revanche, il confirme que la candidate du RN aux régionales 2021 est en proie à « une contestation de la part des adhérents, des élus, et d’une partie de l’état-major de Nanterre ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dernières Actualités

À Ribérac, information chiche des élus, mise en cause des services de l’État et reprise de l’abattoir compromise

Conseil municipal extraordinaire consacré aux finances de la ville de Ribérac, vendredi 06 août. Il faut notamment rectifier le...

Urgences de Sarlat : plus de 3 000 pétitionnaires en faveur du maintien de leur ouverture en août

À l’adresse de l’agence régionale de santé de Nouvelle-Aquitaine, le comité de défense de l’hôpital et de la maternité...

Philippe Chotard : « Vous n’avez plus de médecin dans l’interco’ du Périgord ribéracois ? Pas d’inquiétude : une… étude d’ « opportunité » est en cours »

Le leader du groupe d’opposition Agir pour Ribérac a réagi à la « réponse » de la communauté de communes du...

(actualisation) Périgueux en images à l’heure de la manifestation « anti Passe sanitaire » qui dénonce « un chantage »

Plusieurs centaines de manifestants opposés au passe sanitaire ont envahi le centre historique de Périgueux ce samedi 24 juillet...

Covid : la CGT contre la vaccination obligatoire des soignants… après avoir dénoncé l’incapacité du gouvernement à les vacciner

La secrétaire générale de la CGT du centre hospitalier de Périgueux Mary Marietta s’oppose à l’idée que la vaccination...

Sur le même sujet

Après un signalement d’Anticor 33 auprès du parquet de Bordeaux, la candidate RN aux régionales 2021 Edwige Diaz réagit

Dans un communiqué, Anticor 33 a indiqué que la candidate Rassemblement national (RN) aux régionales 2021 Edwige Diaz a fait...

Départementales 2021 : Frédéric Gojard (RN), qui « n’y va pas avec le dos de la cuillère » quand il critique, se montre modéré avec...

L’ancien officier de l’armée de l’air Frédéric Gojard part bien aux départementales 2021 en binôme avec Michèle Bouvry sur le...

A la une