Départementales 2021 : Philippe Chotard et Muriel Morlion pour « une gestion plus sobre et plus respectueuse de l’argent public »

-

à la uneDépartementales 2021 : Philippe Chotard et Muriel Morlion pour «...

Philippe Chotard et Muriel Morlion, le binôme Renouveau Dordogne qui prône l’alternance à la majorité départementale (© Territoire Magazines)

Sur le canton de Ribérac, le binôme sans étiquette Philippe Chotard et Muriel Morlion part aux départementales 2021 sous la bannière Renouveau Dordogne, qui rassemble des candidats de diverses sensibilités politiques, depuis la gauche non sectaire jusqu’à la droite constructive. Avec les neuf autres binômes de cet ensemble, état des lieux du département de la Dordogne à l’appui, l’élu d’opposition à la ville de Ribérac et la première adjointe à la ville de Villetoureix portent un projet départemental d’alternance à la majorité en place. Avec des propositions propres au canton de Ribérac, une touche de sur mesure pour ce territoire que « la présidence actuelle du Département a oublié ».

« La bannière Renouveau Dordogne réunit tous ceux qui ne veulent plus du modèle de gouvernance en cours au Département ». Le binôme Philippe Chotard-Muriel Morlion défend l’idée que la Dordogne se porterait autrement mieux si le Département était délesté des « pratiques politiques » qui prévalent. La gestion du sujet de la déviation de Beynac s’invite alors naturellement, avec son caractère exemplaire. L’heure de se positionner dans le camp des « pour » ou dans celui des « contre » a passé : le Conseil d’État a définitivement clos ce dossier. En revanche, dans un contexte où « des informations univoques » sont martelées à l’envi -en « refusant » d’entendre la moindre critique- le spectacle d’ « un élu de la république qui appelle à l’insurrection » accable Philippe Chotard et Muriel Morlion. Décidément, cette « triste affaire » de contournement de Beynac est une illustration… modèle de la « mauvaise gestion » de la collectivité, aux plans financier, démocratique, environnemental et patrimonial. Or, « il est possible de se retrouver sur des valeurs de progrès et d’éthique » et voilà matière à former un tout autre ciment pour l’action publique en terre périgourdine. Sur l’affiche de campagne du ticket Philippe Chotard-Muriel Morlion, et leurs suppléants respectifs Daniel La Goute et Françoise Rovere, la bannière Renouveau Dordogne rappelle l’aspiration commune à ses troupes : « une Dordogne démocratique, solidaire et de progrès ». État des lieux à l’appui. Pas sûr en outre, aux yeux du binôme, que les habitants de la Dordogne aient souvent l’occasion qu’on le dresse ainsi, tout brutalement, loin du style d’un récit.

État des lieux du département de la Dordogne (ce n’est pas un point-de-vue)

« La Dordogne reste un des derniers départements pour l’emploi ». Le binôme Philippe Chotard-Muriel Morlion entend rappeler les données objectives du territoire périgourdin et le mauvais classement de celui-ci en matière d’emploi en fait partie. Douze départements composent la Nouvelle-Aquitaine, et la Dordogne connaît « un des trois plus forts taux de chômage de la Région ». En matière de politiques environnementales, le territoire est également installé dans le peloton de queue, celui des moins vertueux. Pas de rattrapage au classement avec le déploiement de la fibre : la Dordogne pointe en 93e position sur les 96 départements de France. Enfin, les terres périgourdines sont de celles qui se mobilisent le moins pour pallier le déficit en médecins. Mais il existe conjointement des domaines dans lesquels la Dordogne remonte en haut du tableau. Sauf que c’est au palmarès de l’endettement qu’il figure en très bonne place : la troisième au niveau national. Pourtant, la fiscalité foncière, « déjà très lourde », a encore grimpé sous le dernier mandat. « De plus de 10 points ».

« Le canton de Ribérac a été oublié, mais ses habitants doivent savoir qu’il y a une autre voie que celle du sur-place »

« Sans attaque personnelle -et nous y tenons beaucoup- il est absolument nécessaire de renouveler les équipes en charge du territoire ». Pas plus loin que… sur le canton de Ribérac, le candidat Didier Bazinet, qui forme le binôme de la majorité départementale avec Catherine Bezac-Gonthier pour le scrutin 2021 (*) totalise aujourd’hui 17 années de mandat à l’assemblée départementale. Celui-ci multiplie conjointement les fonctions électives : maire de Coutures, président de la communauté de communes du Périgord ribéracois, vice-président au Département (à l’agriculture, la forêt et à l’aménagement rural). Autre démarquage majeur avec ce binôme concurrent que le duo Philippe Chotard-Muriel Morlion fait valoir auprès des habitants du canton de Ribérac, qui compte 33 communes : « se montrer concrets ». À la population, pas question de servir des « déclarations d’intention ». Ce n’est surtout pas ce dont la Dordogne a besoin, ni, a fortiori, le canton de Ribérac, qui « a été oublié » tout bonnement. Aussi, demande le duo, quel horizon lui est-il aujourd’hui promis ? Une mutation des cités en « villages-dortoirs » ? En « simples lieux de vacances » ? Les candidats Renouveau Dordogne « refusent » pareille perspective. Ils entendent au contraire que les exploitations agricoles se transmettent, que des entreprises viennent s’implanter, que davantage de structures d’hébergement touristique voient le jour. D’autant que le canton se voit continument déserté par ses services publics, que ses écoles ferment avec la même régularité d’horloge. Même le président sortant de la région Nouvelle-Aquitaine Alain Rousset, qui brigue un 5e mandat au scrutin des régionales 2021, en faisant valoir son action sur près de 5 600 dossiers en Dordogne qu’il cartographie dans ses documents de campagne, démontre que la Région a totalement zappé le canton de Ribérac. Mais le plus préoccupant, comprend-on, serait qu’au terme de longues années aux affaires, les élus au Département aient convaincu les habitants qu’il n’existait pas d’alternative à cet immobilisme qui vire au déclin. Alors, le binôme Philippe Chotard-Muriel Morlion détaille les propositions qui, au contraire, rendraient une autre voie possible en termes d’attractivité, de re-dynamisation des centres-bourgs, de retour de médecins, de solidarité auprès des plus fragiles, d’investissement pour le jeunesse, de transformation environnementale exemplaire de la Dordogne, d’animation du canton toute l’année et pour tous les âges.

« Nous voulons une gestion plus sobre et plus respectueuse de l’argent public. Il s’agira par exemple de réduire un cabinet pléthorique et les frais de communication utilisés à des fins partisanes »

« C’est une élection locale ». En battant la campagne, le binôme Renouveau Dordogne rappelle qu’il est salvateur d’exonérer l’action publique des luttes partisanes : la collectivité départementale a besoin de solutions pour régir le quotidien, sans que des considérations d’appareils n’entravent leur mise en application. « On a besoin d’élus qui s’écoutent, et qui sont donc en mesure de trouver des points de convergence ». Les binômes Renouveau Dordogne s’appuient sur un socle de « méthodes profondément changées ». Concrètement, il s’agit de mettre le Département de la Dordogne à une « gestion plus sobre et plus respectueuse de l’argent public » avec par exemple, « la suppression des logements et voitures de fonction, la réduction d’un cabinet pléthorique et des frais de communication utilisés à des fins partisanes ». Mais aussi de mettre la collectivité à « une gestion transparente » de sorte que des règles qui valent pour toutes les communes et toutes les associations s’appliquent pour l’attribution de subventions, « indépendamment des appartenances ou opinions ».  Sur les projets, la concertation avec les citoyens doit aussi exister mais… pour de bon cette fois. Enfin, le duo Renouveau Dordogne veut que le Département rompe avec « les dérives partisanes et clientélistes » et il s’engage à « respecter en toutes choses les décisions de justice ».

Transparence et éthique au coeur de l’action 

« Autres méthodes, autres visages, retour à de vraies priorités ». Voilà pour le résumé de la réponse que, sous la bannière Renouveau Dordogne, le duo Philippe Chotard-Muriel Morlion propose d’apporter aux habitants de la Dordogne. Avec au cœur de l’action publique, l’éthique et la transparence. Citoyens, élus, entreprises, associations seront tous des interlocuteurs avec lesquels travailler, et la diversité des opinions sera respectée. Le binôme Renouveau Dordogne s’engage également à rendre compte de son bilan à ceux-ci.

« Notre campagne devrait coûter 3 000 € environ »

« On n’a pas de pas de formation politique derrière nous, ni association bien sûr, on n’a pas non plus de fortune personnelle ». Le binôme Philippe Chotard-Muriel Morlion, sans étiquette donc, a fait le choix d’une campagne « la plus sobre possible ». Sans le moindre embarras, il liste les dépenses programmées : impression de 90 affiches sur l’ensemble du canton pour les panneaux électoraux, impression de 4 documents -état objectif du Département de la Dordogne, annonce des dates de 7 réunions publiques, programme en 7 priorités, profession de foi-, expédition de deux d’entre eux, services d’un expert-comptable pour certifier les comptes de campagne. « Les travaux de conception et de rédaction, nous nous en chargeons nous-mêmes. En revanche, nous endossons les frais d’envoi de deux documents car il est inenvisageable de les porter dans 8 000 boîtes aux lettres. Pour les frais d’impression avec papier recyclable, « certifié vert » au sens des normes préfectorales, nous négocions pied à pied. ». Au total, le binôme estime que sa campagne coûtera environ 3 000 €. L’État en rembourse la moitié, dès que la barre des 5% est franchie. Resterait alors 1 500 € à la charge du ticket, une somme que quelques dons de particuliers ouvrant droit à défiscalisation à 66% devraient alléger.

(*) Un troisième binôme est en lice sur le canton de Ribérac : Hervé Lagorce et Nadia Heurtevent (Rassemblement national).

Comme les binômes fédérés sous la bannière Renouveau Dordogne, le ticket candidat sur le canton de Ribérac réunit quatre personnes qui sont différemment positionnées sur le nuancier des couleurs politiques : le duo Philippe Chotard-Muriel Morlion fait équipe avec les deux suppléants Daniel La Goute et Françoise Rovere -il a été proviseur-adjoint du lycée Arnaud Daniel de Ribérac ; elle est élue à Champagne-et-Fontaine et vice-président du conseil de développement durable du Périgord Vert.
Prochaines réunions publiques : mercredi 09 juin Vanxains salle des fêtes à 18h; vendredi 11 juin Verteillac salle des fêtes à 18h; mercredi 16 juin La Tour Blanche-Cercles salle des fêtes à 18h; jeudi 17 juin Ribérac espace André Malraux 18h.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dernières Actualités

En Dordogne, en images, la cité de Lanouaille s’est retrouvée au centre du monde culturel et/ou politique

Direction le nord de la Dordogne, dans le Périgord Vert où, à l’occasion du salon du livre Périgord-Limousin ces vendredi...

À Ribérac, information chiche des élus, mise en cause des services de l’État et reprise de l’abattoir compromise

Conseil municipal extraordinaire consacré aux finances de la ville de Ribérac, vendredi 06 août. Il faut notamment rectifier le...

Boulazac Isle Manoire : pourquoi le revers que le Conseil d’État a infligé aux opposants de Jacques Auzou les sonne

Sans que rien de leur teneur ne filtre, les conclusions du rapporteur public avaient douché les requérants -6 élus...

Philippe Chotard : « Vous n’avez plus de médecin dans l’interco’ du Périgord ribéracois ? Pas d’inquiétude : une… étude d’ « opportunité » est en cours »

Le leader du groupe d’opposition Agir pour Ribérac a réagi à la « réponse » de la communauté de communes du...

Abasourdi d’apprendre que le budget doit être revoté, Agir pour Ribérac pointe par-dessus le marché un vote « qui apparaît entaché d’irrégularité manifeste »

Abasourdi, le groupe d’opposition Agir pour Ribérac a été abasourdi en apprenant que la chambre régionale des comptes de...

Sur le même sujet

-TRIBUNE- « Pourquoi les affirmations de Germinal Peiro sur la déviation de Beynac sont contestables »

L’assemblée du Département de la Dordogne s’est réunie mardi 20 juillet 2021… et le sujet de la déviation de...

Germinal Peiro renvoyé devant le tribunal correctionnel de Bordeaux pour diffamation

Le président du Département de la Dordogne Germinal Peiro avait été mis en examen en février dernier pour diffamation,...

Départementales 2021 : le 2nd tour consacre le PS chef de la Dordogne, mais 3 duos Renouveau Dordogne sont élus

Le PS a confirmé son règne sur la Dordogne au second tour des départementales 2021, s'offrant même le luxe...

(4e actualisation) Régionales 2021 : la liste de Geneviève Darrieussecq classée dernière en Nouvelle-Aquitaine

Du second tour des élections régionales 2021, qui avait lieu dimanche 27 juin, dans le même temps que les...

Régionales 2021 et Départementales 2021 :  timide retour aux urnes confirmé en Dordogne, le point sur la participation à 17h

Le taux de participation au scrutin est devenu l’invité principal de ces régionales 2021 et de ces départementales 2021,...

A la une