Le président du Département de la Dordogne (encore) mis en examen, à Bordeaux cette fois

-

à la une Le président du Département de la Dordogne (encore) mis...

Germinal Peiro
Germinal Peiro (© Territoire Magazines / archives)

Le président du Département de la Dordogne Germinal Peiro a été, le 22 février 2021, mis en examen pour diffamation par un juge d’instruction du tribunal de grande instance de Bordeaux, suite à une plainte de l’association Sauvons la Vallée de la Dordogne (ASVD) et de la SEPANSO 24. Les deux associations requérantes avaient dénoncé les propos tenus par Germinal Peiro, qui, au sujet de la « question de la sécurité », qualifiait de « véritables criminels (…) de criminels en puissance » les opposants au projet de déviation de Beynac. Propos qui ont fait, le 08 mars dernier, l’objet d’un jugement du tribunal de grande instance de Périgueux, mais pour injure publique, et dont l’élu, qui avait été condamné, avait aussitôt annoncé qu’il allait faire appel.

Retour sur le 26 novembre 2019. Le président du Département de la Dordogne accepte de donner son sentiment à la sortie de l’audience de la cour administrative d’appel de Bordeaux qui vient de se tenir -elle devait statuer sur l’intérêt public majeur du projet de contournement de Beynac (*). Germinal Peiro déclare alors spontanément : « Ceux qui s’opposent à ce projet (de déviation de Beynacpour cette question de sécurité sont de véritables criminels, ce sont des criminels en puissance ».

Ces propos ont déjà valu à l’élu une plainte pour injure publique déposée auprès de la juridiction de Périgueux par l’association Défendre l’intérêt général en Dordogne (DIGD) et par son président Théophile Pardo, puis à un procès le 08 février 2021. Le 08 mars 2021, aussitôt après le rendu du jugement du tribunal correctionnel de la capitale de la Dordogne qui le condamnait, le président de la collectivité avait annoncé qu’il allait faire appel.

Plainte pour diffamation, au lieu d’injure publique

Si, depuis le 22 février 2021, Germinal Peiro est donc de nouveau mis en examen pour avoir tenu ces mêmes propos, c’est cette fois la juridiction de Bordeaux qui est saisie. Ensuite, pour motiver leur plainte, l’ASVD et la SEPANSO 24 (société pour l’étude, la protection et l’aménagement de la nature en Dordogne) font valoir une notion voisine de l’injure publique, mais distincte : ils invoquent la diffamation. Autrement dit et en faisant vite, si le président du Département de la Dordogne devait être renvoyé devant le tribunal correctionnel de Bordeaux, il pourrait être amené à vouloir prouver que les termes incriminés correspondent à la réalité, option impossible dans le cas de l’injure publique.

Germinal Peiro peut produire des notes jusqu’au 22 mars. Aujourd’hui 19 mars, les plaignants indiquent que leur conseil n’a encore rien reçu.

(*) Mise en délibéré, la décision de la Cour serait rendue le 10 décembre suivant, et elle allait s’avérer déterminante dans l’arrêt définitif du projet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dernières Actualités

Beynac : la circulation sur une seule voie est-elle partie pour durer ? (et si oui, tant pis pour la saison estivale)  

Après que l’effondrement d’un muret a, le 28 janvier 2021, fait atterrir quelques pierres sur la route départementale RD703,...

Covid, maintien des élections, blitz de Basile Fanier chez LR Dordogne : l’avis de Joëlle Huth

Joëlle Huth est à la fois médecin spécialiste, engagée en politique et électrice. Elle rappelle les statistiques terrifiantes de...

(2e actualisation) Report des Régionales et des Départementales : Thierry Boidé « pour », Jérôme Peyrat « attend pour se prononcer »… et voilà les résultats en Dordogne

Faut-il reporter ou non les prochaines élections intermédiaires -les scrutins des régionales2021 et des départementales2021- en raison de la...

Bergerac souhaitait expérimenter la réouverture des lieux culturels… le gouvernement reste sourd

Avec sa première adjointe à la culture Laurence Rouan, le maire de Bergerac Jonathan Prioleaud fait savoir dans un...

Jean-Michel Crassat « un peu inquiet » pour la survie de l’aérodrome de Ribérac

A… battoir. Et maintenant A… érodrome ? Rien à voir entre l’un et l’autre, sauf à ce que le second...

Sur le même sujet

Beynac : la circulation sur une seule voie est-elle partie pour durer ? (et si oui, tant pis pour la saison estivale)  

Après que l’effondrement d’un muret a, le 28 janvier 2021, fait atterrir quelques pierres sur la route départementale RD703,...

Éoliennes en forêt de la Double : si le « non » de la population est ultra-majoritaire, le préfet Frédéric Perissat peut-il dire… « oui » ?

Des éoliennes sont-elles sur le point d’être implantées en Dordogne ? Oui, si le préfet Frédéric Perissat donne son feu vert au défrichement de...

Thierry Boidé à Germinal Peiro : « Si la solution du risque falaises à Beynac est une déviation… en ferez-vous une à La Roque-Gageac ? »

Le risque d’effondrement des falaises en Dordogne a occupé près d’une heure et demie la session… du vote du...

Cri d’alarme : « En zone Natura 2000 de la forêt de la Double, des arbres coupés… pour faire du bois de chauffage »

En octobre dernier, le Département de la Dordogne a commencé à effectuer un boisement compensateur dans la forêt de...

Admettons qu’il faille couper l’année 2020 de la Dordogne en tranches « mémorables »…

L’année 2020 se rapproche de la ligne d’arrivée. Sans surprise, coup d’œil dans le rétroviseur pour rappeler des moments...

A la une