Thierry Boidé à Germinal Peiro : « Si la solution du risque falaises à Beynac est une déviation… en ferez-vous une à La Roque-Gageac ? »

-

à la une Thierry Boidé à Germinal Peiro : « Si la solution du risque...

Thierry Boidé (© Territoire Magazines)
Thierry Boidé (©Territoire Magazines / archives)

Le risque d’effondrement des falaises en Dordogne a occupé près d’une heure et demie la session… du vote du budget 2021 du Département de la Dordogne, le 04 février dernier. Son président Germinal Peiro y voit un motif indépassable d’achever le projet de contournement de Beynac alors que la justice administrative a enjoint la collectivité de démolir les travaux déjà engagés -chantier au demeurant au point mort quand il devrait être terminé. La longueur de cette parenthèse pendant laquelle les sujets du risque falaises et de feu la déviation de Beynac étaient intriqués a estomaqué le patron du groupe d’opposition Le Rassemblement de la Dordogne Thierry Boidé.

Les débats de la session consacrée au vote du budget 2021 du Département de la Dordogne ont laissé accroire que la campagne des départementales 2021 avait démarré. Dans son intervention, le chef du groupe d’opposition Le Rassemblement de la Dordogne Thierry Boidé a d’ailleurs glissé qu’il visait le fauteuil du président Germinal Peiro, dont l’ambition est, de son côté, de le conserver.

60 000 € en communication pour Beynac en 2020 

Thierry Boidé a commencé par s’éloigner du terrain des divergences proprement politiques, en soulignant la qualité de « grand communicant » de Germinal Peiro, appréciation à laquelle il a aussitôt ôté du lustre, en ajoutant que les médias « (le) lui rend(aient) bien » – c’était au moins laisser supposer que ceux-ci tenaient, avec le président du Département, un bon client à qui l’on fait de la place; au restaurant, ce serait avoir son rond de serviette.

En se recentrant sur le débat d’idées, Thierry Boidé s’est alarmé du montant des dépenses en communication de la collectivité consacrées, en 2020, à la seule déviation de Beynac : « 60 000 € » -montant qui n’égale toutefois pas ses seuls dépenses en publicité dans les médias.

La déviation de Beynac, Thierry Boidé a juré qu’il avait prévu de ne pas en toucher mot dans son intervention. Sauf que le président Peiro, en ouvrant une parenthèse « 1h20 » sur le risque falaises au lieu des « 10 mn » qu’il avait annoncées et en l’utilisant pour traiter beaucoup-beaucoup du fameux contournement, l’avait contraint à le réintégrer. Sachant que cet allongement avait par-dessus le marché visé selon lui à déplier un raisonnement dont il cherchait toujours la logique. « Tout ça pour arriver à nous dire qu’en fait, le contournement de Beynac va régler le problème des falaises ».

« L’opposition vous avait dit qu’il fallait attendre et ne surtout pas commencer Beynac » (Thierry Boidé)

Puisque, sur le sujet le plus inflammable de la Dordogne, il n’y avait pas de trêve, Thierry Boidé a résumé sèchement la position de l’opposition départementale. « C’est un échec majeur de la mandature et je pense que si vous aviez écouté l’opposition qui vous disait qu’il fallait attendre et ne surtout pas commencer Beynac, on n’en serait pas là ». Avec, a déploré en premier Thierry Boidé, des Périgourdins divisés comme jamais jusque dans leurs familles réunies autour du dîner. Mais aussi avec un président de Département qui ne serait plus, hélas, « en capacité de régler (le dossier Beynac) ».

« Aujourd’hui, on n’est pas en campagne ». Si Thierry Boidé est convenu que l’heure de revenir sur le fameux contournement n’avait pas sonné, il s’est tout de même autorisé à dire que l’opposition avait déjà établi son plan de vol : « des solutions », elle « a(llait) en apporter ». Et avec la manière : de ce dossier, il était impératif de « sortir par le haut ».

« Je ne comprends pas que face au risque falaises, le Département n’ait rien fait pendant 35 ans » (Thierry Boidé)

Parenthèse refermée, Thierry Boidé a réattaqué la question de la dangerosité potentielle des falaises. Ainsi donc, à suivre la démonstration de Germinal Peiro, on pouvait se demander s’il n’allait pas envisager un contournement à La Roque-Gageac, cité exposée au risque falaises comme Beynac. Surtout, l’élu d’opposition avait, dans cette heure et vingt minutes, pointé qu’ « on se posait déjà la question des falaises en Dordogne en 1985 ». Or, exceptées deux années, la majorité politique du Département avait, depuis, toujours été celle qui est aux commandes aujourd’hui -que l’État ait, ou non, sa part à prendre. Surtout, des solutions alternatives à un contournement, il en existait, a-t-il poursuivi, la preuve par l’exemple de La Roque-Gageac, qui avait su réunir un financement de 2 M€ pour le maîtriser. « Donc je ne comprends pas qu’en 35 ans (…) face à un danger comme celui que vous avez présenté ce matin, on n’ait rien fait. Parce qu’on n’a rien fait ». Par conséquent, loin de l’idée du patron du Rassemblement de la Dordogne de mésestimer ce fameux risque de décrochement de pierres. « Quand je serai à votre place, Monsieur le Président, je n’attendrai pas (tout ce temps) », promettant de s’atteler à ce dossier dès juillet prochain. Avant de s’étonner que, dans son livre sur le danger inhérent aux falaises à Beynac et à La Roque-Gageac, l’universitaire Anne-Marie Cocula, par ailleurs ancien conseiller régional de la majorité du président Alain Rousset, ait omis d’évoquer les travaux de cette dernière cité, en réponse. « C’est un petit peu du parti pris… ». Mais cet ouvrage militant, dont Germinal Peiro avait fait cadeau aux élus du Département, allait bien sûr « entrer dans ses comptes de campagne », n’est-ce pas.

« Nous avons baissé de 30% le budget communication » (Germinal Peiro)

« Moi, j’ai de la mémoire, je note tout ». Le président Germinal Peiro a répliqué au chef du groupe Le Rassemblement de la Dordogne, en relevant que l’opposition avait beau s’offusquer, elle avait voté « à peu près 95% » du millier de dossiers de sa mandature. Pendant cette session du vote du budget 2021 encore, où on en comptait 130, « l’opposition ne s’était abstenue que sur 5 ou 6 » et qu’il n’y en avait qu’un seul contre lequel elle avait voté : celui de la communication, « parce que soi-disant, on ferait des frais exceptionnels ». Or, Germinal Peiro s’est prévalu d’ « une baisse de 30% » de ce budget-là « entre 2015 et 2021 ».

« Nous n’avons pas vu arriver que l’arrêté du préfet Baudouin-Clerc avait des faiblesses » (Germinal Peiro)

Mais, sur le seul sujet de la déviation Beynac qu’il continue de défendre avec détermination, Germinal Peiro a apporté un élément nouveau -s’il n’y en a eu qu’un, il est de taille. Le président du Département a en effet trouvé dans l’arrêté d’autorisation des travaux de la déviation de Beynac signé par le préfet Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc des « faiblesses », en précisant qu’elles avaient été « suffisantes » pour passer sous les radars des juges administratifs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dernières Actualités

Départementales 2021 : plainte déposée contre Muriel Gervaux-Boissière, binôme de Adib Benfeddoul soutenu par la majorité présidentielle (canton de Bergerac 1)

Muriel Gervaux-Boissière est le binôme de Adib Benfeddoul sur le canton de Bergerac 1 pour le scrutin des départementales...

Départementales 2021 : le binôme RN Serge Muller-Pascale Léger, « seul à représenter la droite » sur le canton de Saint-Astier

Sur le canton de Saint-Astier, Serge Muller et Pascale Léger forment le binôme du Rassemblement national (RN) en lice...

The Sunday Times voit dans un projet éolien en Dordogne un symbole du style de gouvernance d’Emmanuel Macron (et en France, c’est campagne électorale)...

À une semaine des scrutins des départementales 2021 et des régionales 2021, The Sunday Times s’est emparé de l’exemple...

Départementales 2021 (Bergerac 1) : Muriel Gervaux-Boissière, « interdite » d’expliquer son métier, va « prévenir » le ministre Éric Dupond-Moretti

Sur le canton de Bergerac 1, Muriel Gervaux-Boissière forme binôme avec Adib Benfeddoul. Le duo se lance dans la...

Départementales 2021 : Philippe Chotard et Muriel Morlion pour « une gestion plus sobre et plus respectueuse de l’argent public »

Sur le canton de Ribérac, le binôme sans étiquette Philippe Chotard et Muriel Morlion part aux départementales 2021 sous la...

Sur le même sujet

Départementales 2021 : le binôme RN Serge Muller-Pascale Léger, « seul à représenter la droite » sur le canton de Saint-Astier

Sur le canton de Saint-Astier, Serge Muller et Pascale Léger forment le binôme du Rassemblement national (RN) en lice...

Départementales 2021 : pour le binôme Jérémy Pierre-Nadal-Émilie Labrot, « on ne confie pas la santé à une entreprise privée »

Cap sur le canton Isle Manoire, où Jérémy Pierre-Nadal et Émilie Labrot forment le binôme qui porte les couleurs...

Quand, pour avoir le soutien de Jean Lassalle, Germinal Peiro prévoyait la dispense de ses contingences matérielles

Pour avoir le soutien du député de la 4e circonscription des Pyrénées-Atlantiques Jean Lassalle au rassemblement citoyen organisé pour...

Départementales 2021 : Frédéric Gojard (RN), qui « n’y va pas avec le dos de la cuillère » quand il critique, se montre modéré avec...

L’ancien officier de l’armée de l’air Frédéric Gojard part bien aux départementales 2021 en binôme avec Michèle Bouvry sur le...

A la une