Saint-Astier : le maire Élisabeth Marty « ne cèdera jamais à aucune forme d’intimidation de (ses) adversaires »

-

à la une Saint-Astier : le maire Élisabeth Marty « ne cèdera jamais à...

Élisabeth Marty (© Territoire Magazines)

Pour le maire de Saint-Astier Élisabeth Marty, en doutant de la neutralité politique d’un récent recrutement de la Ville, l’opposition municipale cherche, « par un moyen détourné » à l’intimider. La manoeuvre serait vaine, ses détracteurs seraient bien avisés de l’enregistrer. Et le premier magistrat balaie le soupçon de clientélisme dont ils ont fait état publiquement… au terme d’une opération grand ménage.

« Que mes adversaires se mettent bien en tête que je ne cèderai jamais à aucune forme d’intimidation ». Un nouveau coup de pression, voilà comment le maire de Saint-Astier Élisabeth Marty comprend le tollé de son opposition municipale, qui a déclaré « avoir bondi » en apprenant que le nouvel assistant aux services techniques de la mairie était un de ses partisans -un soutien actif, qui plus est. En effet, son chef de file Daniel Benoist a souligné que l’intéressé s’était activement impliqué pour défendre Élisabeth Marty dans le contentieux électoral qui les oppose. Sans compter qu’il a indiqué chercher encore en quoi les compétences de la nouvelle recrue correspondent aux exigences du poste pour lequel il a été embauché. Or, si la diffusion sur le fil de la clôture de la campagne du 2nd tour des municipales d’un tract avait motivé son recours devant le tribunal administratif de Bordeaux, son contenu peu amène avait conjointement motivé sa plainte au pénal. Parmi les qualifications attribuées dans ce document au candidat en tête de la liste Avec Saint-Astier autrement, cette inclination à privilégier le critère de la proximité idéologique figurait précisément -et le cas d’une application aux embauches, cité. Reste qu’à la place de la démonstration qu’il arrive que l’arroseur soit arrosé, le maire de Saint-Astier voit un « moyen détourné de (la) pousser à la faute ». Et ce ne serait pas le premier, loin de là. « Depuis le recours devant le tribunal administratif », Élisabeth Marty se dit face à « des extrêmistes, des fanatiques » qui manifestent de « la haine contre (sa) personne et (son) équipe municipale ».

« Mes adversaires essaient de me faire passer par tous les états émotionnels »

« Mes adversaires tentent un hold-up du bon sens et de la raison ». C’est « la soif de pouvoir » qui les gouvernerait et « tant pis » pour la démocratie. Une attitude, précise Élisabeth Marty, qui serait d’ailleurs décorrélée de leur « bord politique ». Le maire déplore que de « toutes petites personnalités locales » se montrent prêtes à risquer de « diviser pour régner », en oubliant que « c’est dangereux ». La prise de Saint-Astier à la gauche en 2014 ne serait toujours pas passée et elle expliquerait la persévérance de ses contempteurs. « Ils n’abandonneront pas ». Autrement dit, la tactique de l’usure trouverait sa source dans des esprits mauvais perdants, toujours tentés de remettre en cause la réalité (qui cogne toujours) : leur défaite. « Ils essaient de me faire passer par tous les états émotionnels ». Le maire ne serait pas leur seule cible. « Ils ont raconté les pires âneries sur toute mon équipe, ils ont fait pression sur notre directeur général des services ».

« Ma guerre ne faiblira pas face à des personnes comme ça (dont Daniel Benoist) »

« Le nouveau directeur des services techniques est arrivé le 21 décembre dernier ». Élisabeth Marty commence à se recentrer sur la dernière protestation de l’opposition -le recrutement qui a allumé l’incendie jeudi dernier concerne ce service-là. Dans son communiqué du 07 janvier 2020, Daniel Benoist n’a pas mentionné que le cadre en question était le 5e à être nommé sur ce poste ? Le maire s’en charge, et justifie ce défilement. « Le premier est parti à la retraite, le 2e est parti de lui-même après l’échec de la mutualisation de son emploi avec Neuvic, le 3e a fait un passage éclair car il s’entendait très, très mal avec le directeur général des services, et le 4e a préféré partir dans une autre collectivité, où il doit être mieux payé, après qu’on lui a donné sa chance, en le titularisant car il avait fait un super boulot ». En somme, ce turn-over s’explique simplement. Toutefois, Élisabeth Marty glisse qu’une Ville se passerait bien d’avoir « des élus qui savonnent la planche ». Avant d’enclencher la vitesse supérieure. « Je tiens responsable tout élu, de la majorité comme de l’opposition » dont les agissements « ont un impact sur les agents » : c’est de « l’inconséquence ». Reste que l’illustration de celle-ci, le maire de Saint-Astier la trouve sur sa gauche. En faisant état du recours « en permanence » à des publications sur les réseaux sociaux, comme, après un accident routier, ces « photos de panneaux signalétiques arrachés dans la nuit, balancées dès le matin ». Alors, « ce sont les agents (municipaux) qui morflent ». De la même manière, « comment ceux-ci vivent-ils » d’entendre brocarder la saison culturelle qui a vu la programmation de 72 spectacles ? -« et là, c’est de Daniel Benoist en particulier auquel je pense puisqu’il ne s’est pas déplacé à un seul » au prétexte qu’il considère que « c’est de la culture bling-bling ». Le maire tient donc à plaider pour le respect du personnel communal, même s’ « il y a des agents qui n’ont pas répondu à (ses) vœux de bonne année, tant pis ». À être également « la première à défendre les élus quand ils commettent des erreurs car ils bossent ». Et de résumer. « Critiquer, c’est bien beau… ». De surcroît, cette vilaine manie de l’opposition ne daterait pas d’hier… mais de la période de la campagne des municipales. Or, la critique non-stop et tous azimuts serait notablement malvenue aujourd’hui, « dans une période difficile, où les gens sont perturbés ». Des élus « qui représentent notre pays », on serait en droit d’attendre autre chose. « Ma guerre ne faiblira pas face à des personnes comme ça ». Au cas où un doute perdurerait, Élisabeth Marty compte Daniel Benoist parmi celles-ci. « Je lutterai contre ce fanatisme ».

LIRE AUSSI : Première vaccination anti-Covid : la Dordogne va avoir sa « Mauricette » et entend le faire savoir

« Je me marre… Le clientélisme, c’est donner en espérant un retour. En politique, c’est donc attendre des voix pour être élu. Or, le gars n’habite pas Saint-Astier »

« C’est faux ». Cette fois, c’est bien du fameux recrutement de la discorde dont il s’agit et Élisabeth Marty rejette en bloc les soupçons de considérations intéressées l’ayant motivé émis par l’opposition. « Ce monsieur (l’assistant recruté), je l’ai marié. Je l’ai rencontré en 2015 ». Ses détracteurs connaissent-ils seulement la définition du terme qu’ils brandissent ? « Je me marre… Le clientélisme, c’est donner en espérant un retour. En politique, c’est donc attendre des voix pour être élu. Or, le gars n’habite pas Saint-Astier, et il a zéro famille dans la contrée ». Pas question donc d’imaginer que le clientélisme puisse également éventuellement servir à remercier (*)En revanche, le maire fait valoir que la personne embauchée « s’est investie dans la Félibrée (2017 à Saint-Astier), les thés dansants, les décorations de Noël ». Sur ses compétences, dont les élus d’opposition doutent qu’elles soient raccord avec les exigences de la fiche de son poste, « comment peuvent-ils en juger ? ». Non, le nouvel assistant n’était pas « économe » au centre national d’entraînement des forces de gendarmerie, comme ceux-ci le prétendent. « Il était responsable des achats avec une enveloppe de 1 M€ à gérer, et dans une enceinte militaire ». Structure, au passage, que Élisabeth Marty « côtoie régulièrement », et dans laquelle on la « remercie de travailler main dans la main avec la Ville ». Non, décidément, la charge de l’opposition ne serait pas sérieuse.

LIRE AUSSI : Le contentieux électoral de Boulazac met le cap sur le Grand Périgueux : Jamel Fallouk demande des « clarifications » à Jacques Auzou (avec copie au préfet de la Dordogne)

« Le changement de service de la secrétaire gênerait-il l’opposition ? » (qui perdrait un cheval de Troie)

« C’est de la petite histoire. Or, le soufflé au fromage, il faut le retirer du four à temps. Lundi, on n’en parlera plus ». Le nouvel assistant « va faire les missions demandées ». Dont celles qui n’étaient précisément pas accomplies -mise à jour des CACES (certificats d’aptitude à la conduite en sécurité), organisation de la formation… Mais au fait… l’opposition dit-elle que « la personne remplacée » (la secrétaire des services techniques qui a été affectée au service des sports) est une de leurs proches au plan politique ? Oui. Eh bien que ladite opposition réalise que l’ancien maire « ne l’a jamais augmentée. On a été les seuls à considérer son travail ». Ensuite, « celle-ci avait envie de quitter les services techniques ». Faut-il en déduire que « son changement d’affectation gênerait l’opposition ? ». Qui perdrait peut-être un cheval de Troie… Parce que, à la fin, Élisabeth Marty s’interroge sur, en miroir, le peu d’émotion que le sort du directeur général des services Isabelle Bonnet, « en surcharge de travail », inspire à ses adversaires politiques -« au contraire, ils l’ont enfoncée ».

(*) Définition du Larousse : Fait pour un homme ou un parti de s’appuyer sur des clientèles pour augmenter son pouvoir politique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dernières Actualités

Beynac : la circulation sur une seule voie est-elle partie pour durer ? (et si oui, tant pis pour la saison estivale)  

Après que l’effondrement d’un muret a, le 28 janvier 2021, fait atterrir quelques pierres sur la route départementale RD703,...

Covid, maintien des élections, blitz de Basile Fanier chez LR Dordogne : l’avis de Joëlle Huth

Joëlle Huth est à la fois médecin spécialiste, engagée en politique et électrice. Elle rappelle les statistiques terrifiantes de...

(2e actualisation) Report des Régionales et des Départementales : Thierry Boidé « pour », Jérôme Peyrat « attend pour se prononcer »… et voilà les résultats en Dordogne

Faut-il reporter ou non les prochaines élections intermédiaires -les scrutins des régionales2021 et des départementales2021- en raison de la...

Bergerac souhaitait expérimenter la réouverture des lieux culturels… le gouvernement reste sourd

Avec sa première adjointe à la culture Laurence Rouan, le maire de Bergerac Jonathan Prioleaud fait savoir dans un...

Jean-Michel Crassat « un peu inquiet » pour la survie de l’aérodrome de Ribérac

A… battoir. Et maintenant A… érodrome ? Rien à voir entre l’un et l’autre, sauf à ce que le second...

Sur le même sujet

Saint-Astier : un recrutement à la Ville ravive la tension entre Daniel Benoist et le maire Élisabeth Marty

À Saint-Astier, l’opposition au maire Élisabeth Marty est bigrement remontée. Dans un communiqué, son chef de file Daniel Benoist dénonce...

Admettons qu’il faille couper l’année 2020 de la Dordogne en tranches « mémorables »…

L’année 2020 se rapproche de la ligne d’arrivée. Sans surprise, coup d’œil dans le rétroviseur pour rappeler des moments...

Saint-Astier : après la contre-attaque du maire Élisabeth Marty, Daniel Benoist riposte

Les habitants de Saint-Astier devraient savoir en début de semaine prochaine si le tribunal administratif de Bordeaux décide que les élections...

Saint-Astier : la justice va se pencher sur un tract musclé de la candidate Elisabeth Marty auquel Daniel Benoist n’a pas pu répondre

 À Saint-Astier, le conseiller municipal Daniel Benoist, candidat qui emmenait la liste Avec Saint-Astier autrement, a, vendredi 03 juillet...

A la une