Château de Fénelon près de Sarlat : un site à fort potentiel… et où l’histoire en a encore sous le pied 

-

à la uneChâteau de Fénelon près de Sarlat : un site à...

Le château de Fénelon surgit, après un dernier virage (© Territoire Magazines)

Le château de Fénelon surgit à la sortie du dernier virage serré d’une voie escarpée, c’est une apparition littérale, dont il est vain d’anticiper l’effet, le coffre manque, d’un coup. Ici, le rendez-vous est architectural, artistique, littéraire, philosophique, politique, périgourdin… et il recèle des promesses en veux-tu en voilà. Ses multiples entrées -moyens d’assaut qui correspondent à ses centres intérêts- font du château de Fénelon un site à potentiel ; avec ses mystères persistants, l’histoire, ici, en a encore sous le pied. Cap sur la commune de Sainte-Mondane, à une encablure de Sarlat pour un bref survol du site.

« Les magistrats sont avilis et épuisés. La noblesse, dont tout le bien est en décret, ne vit que de lettres d’État. Vous êtes importuné de la foule des gens qui demandent et qui murmurent. C’est vous-même, Sire, qui vous êtes attiré tous ces embarras ; car, tout le royaume ayant été ruiné, vous avez tout entre vos mains, et personne ne peut plus vivre que de vos dons. Voilà ce grand royaume si florissant sous un roi qu’on nous dépeint tous les jours comme les délices du peuple, et qui le serait en effet si les conseils flatteurs ne l’avaient point empoisonné ». C’est un passage de la lettre à Louis XIV. Pas sûr que le Roi Soleil en ait lui-même pris connaissance, mais dans son proche entourage, on devrait s’être débrouillé pour lui en rapporter l’esprit. Son auteur ne l’a pas signée. Il s’appelle François de Salignac de la Mothe-Fénelon, il est né ici, dans le château de Sainte-Mondane qui porte son nom. Devenu prêtre, la qualité de ses prêches à Saint-Sulpice a été remarquée. Louis IV l’a désigné précepteur du petit Louis, le duc de Bourgogne, fils du Grand Dauphin. Avec ses Aventures de Télémaque, ouvrage d’éducation, Fénelon revient sur les motifs de sa lettre à Louis XIV : l’absolutisme royal conduit le pays à sa perte. À toujours se mêler de politique sans circonlocution, l’érudit théologien, promu archevêque de Cambrai (avec les titres de duc, de comte et de prince) témoigne d’une audace qui lui vaudra de retourner à sa seule foi, après son Explication des maximes des saints, ouvrage entendu comme un ultime affront. Bossuet, à la manœuvre depuis longtemps, est donc arrivé à ses fins : avec l’appui des éléments forts du clan clérical, il a pourfendu le quiétisme de Fénelon, cette manière de croire empreinte de mysticisme… et voilà que le pape Innocent XII condamne enfin cette Explication -il s’y sera à mis à deux fois pour trancher. Ce verdict scelle la disgrâce de Fénelon. Chassé de la cour, il retourne dans ses terres du nord du royaume, en proie à la guerre. Sans que la ferveur de sa charité soit entamée. Bien après sa mort, le Cambrésis s’agenouillera toujours au pied de son tombeau, comme si c’était celui d’un saint. Si Fénelon s’est consacré au Très-Haut, il n’a jamais déserté le terrain, où l’ordre politique lui a cassé les reins. La politique, précisément, est une entrée, une bonne raison de visiter le château de Fénelon. Le parcours de l’homme y est minutieusement retracé, sans que ce choix du plein fasse peser la menace de l’ennui. Le propriétaire des lieux Jean-Julien Delautre rend à Fénelon l’épaisseur qu’il mérite.

Jean-Julien Delautre (© Territoire Magazines)

Révérence à la Dordogne et à ses habitants

Le château de Fénelon est aussi un manuel d’architecture, et le visiteur tient là une autre entrée. Moyenâgeux, cathare, renaissance… les grands partis pris des bâtisseurs s’y trouvent, en creux ou dominants, en tout cas ils résistent au temps qui passe et le résultat est monumental. Indissociable de son environnement, le château coiffé d’une toiture de lauzes tire une révérence au Périgord. Les couchers de soleil sont ici des incendies, le spectacle est bouleversant, à croire que l’illusion se prend de gouverner. L’hommage à la Dordogne se poursuit à l’intérieur des murs : les nombreux objets du quotidien réunis génèrent une puissance évocatrice saisissante -si la forme est cette fois rustique, elle a de la pompe. On comprend la hardiesse qu’il fallait aux gabarriers, l’ingéniosité nécessaire à la conservation et à la transformation des aliments, dont on apprend comment, selon qu’on était fortuné (et on était peu) ou pas (et on était trop), ils s’agençaient pour faire de généreux menus ou un plat de subsistance. On voit les habitants de la Dordogne, et c’est encore une bonne raison d’être là.

Le château de Fenelon, site monumental (© Territoire Magazines)

Un ameublement exact rehausse l’élégance des intérieurs et les anime

Au château de Fénelon, chaque pièce reconstitue le cadre de vie d’une époque, avec une impeccable rigueur. Le mobilier, toujours authentique, initie aux goûts, aux habitudes et aux nécessités qui ont prévalu selon les siècles. Le visiteur bénéficie d’une autre représentation de l’histoire à travers ces intérieurs aménagés avec une rare exactitude, qui rehausse leur élégance, et, surtout, incarne ceux qui les ont tour à tour habités : ils sont là, on se fait une idée de leur état d’esprit. Jusque dans le passage en revue du contenu d’un cabinet de curiosités : une tête réduite, d’énormes poissons-globes, une interminable sirène en plâtre peint… le caractère insolite de la myriade de pièces qui s’y trouvent tient autant à ce qu’elles sont, chacune, qu’à leur côtoiement hasardeux.

cabinet Fénelon
Le cabinet (© Territoire Magazines)

Petites histoires (… et oui)

Les raisons sont bonnes quand on les juge bonnes bien plus que quand on s’accorde tous à les trouver fondées. En faisant une place à notre inclination pour les petites histoires, le château de Fénelon fournit encore au visiteur une nouvelle entrée. En effet, ici, il y a un fantôme. Dont on taira le récit des apparitions, ces rencontres-là sont privées, vous le constaterez peut-être par vous-mêmes.  Donc, il y a un fantôme… et le souvenir tout aussi vaporeux d’une créature de rêve : Brigitte Bardot a en effet tourné au château de Fénelon. Après L’histoire bonne et très joyeuse de Colinot Trousse-Chemise, l’actrice ne reparaîtra plus dans un seul film.

Le château de Fénelon (© Territoire Magazines)

Promesses

À ces multiples entrées brièvement évoquées, s’ajoutent encore les blancs dans l’histoire du château de Fénelon, classé à l’inventaire des Monuments Historiques en 1927. Jean-Julien Delautre fonde l’espoir que le dépouillement d’archives récemment localisées et encore inexploitées résolve une partie des mystères qui continuent d’entourer le site. Il n’est pas exclu qu’un doctorant s’y attèle prochainement.

À lire : Le château de Fénelon par Jean-Julien Delautre, préface de Jean des Cars (éditions Sud Ouest 2020) 5 €

À consulter : site web de l’association Recherche de Fénelon 

2 Commentaires

  1. Une explication bien étayée de ce coin du Périgord qui permet aussi de comprendre pourquoi ce pays est si boulversé. La vie aujourd’hui est sous certains aspects calquée sur cette histoire… même si les mobiles sont différents ! Il manque aujourd’hui une sérieuse culture de nos dirigeants…. voilà la différence !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dernières Actualités

En Dordogne, en images, la cité de Lanouaille s’est retrouvée au centre du monde culturel et/ou politique

Direction le nord de la Dordogne, dans le Périgord Vert où, à l’occasion du salon du livre Périgord-Limousin ces vendredi...

Manif anti passe sanitaire à Sarlat : préférence pour « l’intelligence », recommandation de lecture, et… fleurs

Pour le cinquième week-end consécutif, les opposants au passe sanitaire et à la vaccination obligatoire des soignants battent le...

Manif anti-passe sanitaire à Bordeaux : « Nuremberg », « crime », « honte d’être Français »… l’inflation du vocabulaire continue   

Pour la 4e fois, les opposants au passe sanitaire et à l’obligation vaccinale des soignants sont descendus dans la...

À Ribérac, information chiche des élus, mise en cause des services de l’État et reprise de l’abattoir compromise

Conseil municipal extraordinaire consacré aux finances de la ville de Ribérac, vendredi 06 août. Il faut notamment rectifier le...

Boulazac Isle Manoire : pourquoi le revers que le Conseil d’État a infligé aux opposants de Jacques Auzou les sonne

Sans que rien de leur teneur ne filtre, les conclusions du rapporteur public avaient douché les requérants -6 élus...

Sur le même sujet

Manif anti passe sanitaire à Sarlat : préférence pour « l’intelligence », recommandation de lecture, et… fleurs

Pour le cinquième week-end consécutif, les opposants au passe sanitaire et à la vaccination obligatoire des soignants battent le...

La Dordogne ou « le pays des 1001 châteaux » : cap sur Marquay, entre Sarlat et Les Eyzies

Il y aurait mille et un châteaux en Dordogne. Chacun est libre de vérifier si le compte y est....

(actualisation) Périgueux en images à l’heure de la manifestation « anti Passe sanitaire » qui dénonce « un chantage »

Plusieurs centaines de manifestants opposés au passe sanitaire ont envahi le centre historique de Périgueux ce samedi 24 juillet...

Charles Combès : la religion du rugby (mais chut…), le culte des cartes postales, la révérence à Sarlat capitale du Périgord Noir

Charles Combès, c’est Charly. Dans le Sarladais, on rebaptise souvent les gens qui inspirent de l’affection et/ou qui comptent...

Sarlat : Alain Carrier, le Résistant, puis l’affichiste, une vie gouvernée par la surprise (épisode 1)

Depuis chez lui, à Sarlat, Alain Carrier observe le monde, calé dans son fauteuil, devant la télévision. Il habite...

A la une