Après le gel, voilà le Covid… mais, dans le Périgord Vert, on espère bien que Noël se fêtera autour d’un sapin

-

à la une Après le gel, voilà le Covid… mais, dans le...

Guy et Sandrine
Guy Beauzetier et Sandrine Puyrazat (© Territoire Magazines)

ll pousse des sapins en Dordogne. Cap sur le Périgord Vert, où, après que le gel a sévi pendant deux ans, l’épidémie de Covid s’est invitée… Toutefois, les producteurs sont finalement autorisés, depuis hier vendredi 20 novembre, à vendre leurs sapins… et ça tombe bien car il se trouve que c’est à Noël qu’on en demande… Les producteurs Guy Beauzetier et Sandrine Puyrazat, dont les familles ont réuni leurs forces il y a 35 ans, fondent l’espoir qu’en 2020, alors que les planètes ont décidément du mal à s’aligner, Noël continue de se fêter… autour d’un sapin.

« On avait de quoi travailler, mais désormais, on a un horizon ». Guy Beauzetier est producteur de sapins dans le Périgord Vert, à Busseroles, après Piégut-Pluviers en se dirigeant vers le nord du département de la Dordogne. Voilà 35 ans qu’il « travaille avec la famille Puyrazat », dont l’entreprise Sapins du Périgord Vert est sise à Augignac. « On a nos plantations mutuelles ». Guy avait en effet versé dans l’exploitation du sapin car « la fraise n’allait pas du tout » et son « collègue », de son côté, faisait alors lui aussi dans un tout autre créneau -les fruits et légumes. Guy a conservé « une quarantaine de vaches allaitantes et plutôt des génisses ». Reste qu’aujourd’hui, « ça fait plus d’un mois et demi que (ses) bêtes attendent dans l’étable » car il refuse de les céder en-deçà du prix du marché. Le chiffre d’affaires de l’exploitant provient « à 70% des sapins ». Un secteur qu’il décrit comme un peu mal aimé : pas question de primes agricoles le concernant, notamment. Et voilà que, cette année, l’épidémie de Covid s’est invitée. « Vois si tu peux faire quelque chose ».  C’est le message que Guy Beauzetier a transmis au député de la 3e circonscription de la Dordogne Jean-Pierre Cubertafon. Celui-ci avait indiqué avoir été de ceux qui avaient fait remonter le désarroi des producteurs de sapins de Noël naturels au gouvernement, qui, les ayant jugés produits « non essentiels », interdisait leur vente. Si, malgré le rétropédalage annoncé, le décret qui l’actait « tardait », il a fini par être publié et les consommateurs pourront bien se procurer un sapin pour Noël.  Le Périgord Vert compte « 5 ou 6 producteurs ». En effet, ici, « le sol tire vers le Limousin ». Autrement dit, « pas de calcaire, pas trop d’argile, mais en revanche, il y a du sable ».

Sandrine traîne sapin
Sandrine Puyrazat et un collègue vont chercher les sapins qui seront mis en filets (© Territoire Magazines)

VOIR LA VIDÉO : Les sapins de Noël poussent en Périgord Vert et voici comment, les guirlandes éteintes, on peut s’en débarrasser… ou bien choisir de les garder

Les sapins de Noël sont produits dans le Périgord, mais « la trouée en Dordogne commence juste »

« On vend jusque dans le Bordelais, et le long de la côte Atlantique, en remontant vers La Rochelle et Rochefort, mais aussi à l’intérieur, dans les Deux-Sèvres ou dans la Vienne, à Poitiers… et on commence à trouer chez nous, en Dordogne ». Si l’adage veut que nul ne soit prophète en son pays, il n’est donc pas exclu de penser pouvoir, un jour, contrecarrer la malédiction. Guy Beauzetier salue l’union scellée il y a 35 ans avec la famille Puyrazat -il travaille de concert avec Sandrine Puyrazat aujourd’hui. Le binôme produit 45 000 arbres par an. « On a chacun 15 à 20 hectares ». Le duo les fait pousser, il les exploite et il les expédie. Si les producteurs peuvent désormais vendre leurs sapins de Noël, Guy reste prudent. « Malgré mon ancrage, je ne sais pas encore comment sera cette saison… Il faudrait que ça fonctionne correctement, après deux années de gel ». Or, « si l’on comprend que la vigne en souffre, ce n’est pas le cas pour le sapin ». Les coups du sort sont particulièrement mal vécus dans la profession où « après avoir planté un arbre… on attend 6 ans qu’il pousse ». Selon Guy, cette contrainte-là n’est pas non plus toujours bien comprise par les autorités de tutelle. Mais il y a, dit-il, encore une autre difficulté qui puisse entamer la réussite de la saison 2020. « J’ai peur que beaucoup de gens n’aient pas l’argent dans la poche ». Il glisse alors que quand il vend un sapin de 1,50m à 2m au tarif de 10€, le prix que paiera le consommateur sera de 30€.  « Ce sont les distributeurs qui le fixent ». Et de prendre l’exemple d’un Nordmann, qui « ne met pas loin de 10 ans à pousser ». Il le vend 45€. « Eh bien moi, quand je vais chez le fleuriste, avec 45€, je ne vais pas loin… ». Bien sûr que Guy Beauzetier « n’a rien contre le petit commerce », mais il juge qu’ « on veut aller un peu vite » dans ce secteur.

sapins mise en filets
… et c’est parti pour mettre le sapin en filet (© Territoire Magazines)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dernières Actualités

À Boulazac Isle Manoire, Pierre Touzot maintient qu’il sèche le conseil municipal « sans être excusé » 

Le conseil municipal de Boulazac-Isle-Manoire compte 35 élus. Pourtant, depuis sa deuxième réunion, le 24 juin, l’un d’eux manque...

Renaud Denoix de Saint Marc : l’article 24 du projet de loi sécurité globale « tanne le cuir » de Gérald Darmanin… qu’aucun pare-feu n’a non plus...

  Parmi ses citoyens, la Dordogne compte Renaud Denoix de Saint Marc, un homme qui n’est pas passé à côté...

Abattoir de Ribérac : le prêt de 250 000 € de la région Nouvelle-Aquitaine est resté… à la région Nouvelle-Aquitaine

Alors qu’on ignore encore si des apporteurs publics prévoient de soutenir un projet d’avenir pour l’abattoir de Ribérac, structure...

Gestion de l’eau potable : le président du SMDE 24 Marc Mattera dénonce la… soif de « pouvoir absolu » du Grand Périgueux (qui verra après l’intérêt...

Aujourd’hui, le syndicat mixte départemental (syndicat des eaux de la Dordogne -SMDE 24) assure, avec le concours des syndicats adhérents,...

Abattoir de Ribérac : pour Jean-Pierre Cubertafon, le maire Nicolas Platon a « une approche sectariste » et c’est « au détriment des Périgourdins »

  Dans un communiqué diffusé ce vendredi 20 novembre 2020, le député ModeM de la 3e circonscription de la Dordogne...

Sur le même sujet

Renaud Denoix de Saint Marc : l’article 24 du projet de loi sécurité globale « tanne le cuir » de Gérald Darmanin… qu’aucun pare-feu n’a non plus...

  Parmi ses citoyens, la Dordogne compte Renaud Denoix de Saint Marc, un homme qui n’est pas passé à côté...

Sarlat : Alain Carrier, le Résistant, puis l’affichiste, une vie gouvernée par la surprise (épisode 1)

Depuis chez lui, à Sarlat, Alain Carrier observe le monde, calé dans son fauteuil, devant la télévision. Il habite...

Commerces « non essentiels » : le TA de Bordeaux suspend l’arrêté du maire de Ribérac Nicolas Platon autorisant le maintien de leur ouverture

Dans un communiqué de ce jeudi 5 novembre 2020, la préfecture de la Dordogne annonce que le tribunal administratif...

Régionales : Isabelle Hyvoz a (toujours) envie d’y aller et merci de dire « stop au copinage »

Oui, Isabelle Hyvoz est « très intéressée » par le scrutin des régionales 2021, et pourquoi donc en serait-il autrement ? Elle...

Commerces « non essentiels »  fermés : à Bergerac, le maire Jonathan Prioleaud préfère prévenir avant d’agir… pour aboutir

À Bergerac, avec son équipe municipale, le maire Jonathan Prioleaud a décidé de plaider la cause des commerces du...

A la une