Commerces « non essentiels » : le TA de Bordeaux suspend l’arrêté du maire de Ribérac Nicolas Platon autorisant le maintien de leur ouverture

-

politiqueCommerces « non essentiels » : le TA de Bordeaux suspend...

TA
Le TA de Bordeaux a prononcé la suspension de l’arrêté du maire de Ribérac qui les autorisait à rester ouverts pendant le confinement (© Google Maps)

Dans un communiqué de ce jeudi 5 novembre 2020, la préfecture de la Dordogne annonce que le tribunal administratif de Bordeaux a suspendu l’arrêté pris le 31 octobre 2020 par le maire de Ribérac Nicolas Platon, qui autorisait tous commerces -donc ceux dits « de proximité »- à rester ouverts pendant le confinement entré en vigueur le 30 octobre 2020, après publication d’un décret la veille.

Non, ni fleuriste, ni salon de coiffure, ni magasin d’habillement, ni librairie, ni magasin d’artisan… ne sont autorisés à rester ouverts pendant le deuxième confinement national, qui est entré en vigueur vendredi 30 octobre 2020. Le maire de Ribérac avait pris un arrêté en ce sens, le lendemain, samedi 31 octobre. Le préfet de la Dordogne Frédéric Perissat avait saisi le tribunal administratif de Bordeaux, suivant la procédure de référé, qui correspond à l’urgence.

« Le juge des référés, dit le communiqué, a en effet considéré que le premier magistrat ne dipos(ait) pas de la compétence » pour le faire : c’est la mesure des « autorités compétentes de l’Etat » qui vaut « dans le cadre de la police spéciale » qui s’applique dans la situation d’ « état d’urgence sanitaire » de la France, motivée par « la lutte contre l’épidémie de Covid-19 ».

Une issue qu’avaient prévu d’autres élus :

LIRE AUSSI : Commerces « non essentiels fermés » : à Bergerac, le maire Jonathan Prioleaud préfère prévenir avant d’agir… pour aboutir
LIRE AUSSI : Fermeture des commerces de proximité : « Et si les seules ventes en drive des grandes surfaces avaient été autorisées ? » s’interroge l’élu de Ribérac Philippe Chotard
LIRE AUSSI : Commerces de proximité : le maire de Thiviers Isabelle Hyvoz parie sur l’action des parlementaires

Dans ce même communiqué, la préfecture précise que « ce jugement confirme la nécessité pour les commerces concernés (…) de rester fermés », comme le décret du 29 octobre 2020 le stipule. Avant d’ajouter que « le strict respect des mesures est la condition d’une lutte efficace contre la propagation de l’épidémie de Covid-19 dans le département ». Et de rappeler que des contrôles ont déjà été réalisés au quotidien pour veiller au « bon respect de ces mesures ».

1 COMMENTAIRE

  1. Cette decision est très dure pour des raisons économiques certaines; elle semble inadaptée compte tenu de la situation géographique du lieu, elle est incompréhensible pour les personnes directement impliquées qui se sente prise au piège. Maintenant il s’agit d’une décision nationale, couvrant tout le territoire pour une raison nationale de santé publique. Cette raison est peut être aussi contestable, mais à un moment, il faut savoir se plier, se tourner vers l’Etat donneur d’ordre et demander à se dernier la compensation indispensable à cette décision, ne serait ce que pour continuer à vivre.
    L’heure n’est plus à la politique politicienne , mais à la reflexion globale sur une lutte complexe et dont l’issue reste incertaine. En un mot « serrons les rangs » c’est le moment.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dernières Actualités

À Ribérac, information chiche des élus, mise en cause des services de l’État et reprise de l’abattoir compromise

Conseil municipal extraordinaire consacré aux finances de la ville de Ribérac, vendredi 06 août. Il faut notamment rectifier le...

Urgences de Sarlat : plus de 3 000 pétitionnaires en faveur du maintien de leur ouverture en août

À l’adresse de l’agence régionale de santé de Nouvelle-Aquitaine, le comité de défense de l’hôpital et de la maternité...

Philippe Chotard : « Vous n’avez plus de médecin dans l’interco’ du Périgord ribéracois ? Pas d’inquiétude : une… étude d’ « opportunité » est en cours »

Le leader du groupe d’opposition Agir pour Ribérac a réagi à la « réponse » de la communauté de communes du...

(actualisation) Périgueux en images à l’heure de la manifestation « anti Passe sanitaire » qui dénonce « un chantage »

Plusieurs centaines de manifestants opposés au passe sanitaire ont envahi le centre historique de Périgueux ce samedi 24 juillet...

Covid : la CGT contre la vaccination obligatoire des soignants… après avoir dénoncé l’incapacité du gouvernement à les vacciner

La secrétaire générale de la CGT du centre hospitalier de Périgueux Mary Marietta s’oppose à l’idée que la vaccination...

Sur le même sujet

La Dordogne ou « le pays aux 1001 châteaux » : cap sur Aubas, près de Lascaux

Il y aurait mille et un châteaux en Dordogne. Chacun est libre de vérifier si le compte y est....

En Dordogne, en images, la cité de Lanouaille s’est retrouvée au centre du monde culturel et/ou politique

Direction le nord de la Dordogne, dans le Périgord Vert où, à l’occasion du salon du livre Périgord-Limousin ces vendredi...

Dordogne et nature : cap sur Carsac-Aillac et ses jardins d’eau, à ¼ h de Sarlat

La respiration est redevenue tendance ; conjointement, sans surprise, la nature, une aspiration. De quoi encore filer en Dordogne. Rendez-vous...

Dordogne et spiritualité : cap sur la cathédrale Saint-Front de Périgueux

La Dordogne a sa cathédrale, elle se situe dans la capitale du département Périgueux. L'édifice a son saint, Front,...

Jour de marché en Dordogne : cap sur Eymet

Au quotidien, le marché a le vent en poupe. En été, il devient un rendez-vous incontournable, un must. Cap...

A la une