Fermeture des commerces de proximité : « Et si les seules ventes en drive des grandes surfaces avaient été autorisées ? » demande l’élu de Ribérac Philippe Chotard

-

à la une Fermeture des commerces de proximité : « Et si les...

Philippe Chotard Covid-19
Philippe Chotard (© Territoire Magazines / archives)

Le confinement est de nouveau en vigueur sur l’ensemble du territoire français et la Dordogne n’échappe pas à l’accélération de la circulation du nouveau coronavirus. À Ribérac, avec l’équipe de la liste Agir pour Ribérac qu’il a emmenée aux municipales 2020, l’élu d’opposition Philippe Chotard estime qu’au regard de la gravité de la situation sanitaire, le sens des responsabilités s’impose. Toutefois, les instructions qui s’appliquent en matière de fermeture des commerces créent « des situations d’inégalités totalement incompréhensibles ». Dans un post Facebook publié hier samedi 31 octobre, il se demande pourquoi le gouvernement ne s’est pas penché sur le fonctionnement des grandes surfaces, plutôt que de pénaliser d’emblée les commerces de proximité. En autorisant les seules ventes en drive de celles-ci.

La question de la fermeture inégale des commerces qui s’applique pendant le nouveau confinement généralisé, qui a commencé vendredi 30 octobre, a été reformulée dans un post Facebook publié hier soir samedi 31 octobre par l’élu d’opposition de Ribérac Philippe Chotard, au nom de l’équipe de la liste Agir pour Ribérac qu’il avait conduite aux municipales 2020. Oui, en Dordogne aussi, il est impératif de stopper la circulation du virus, qui s’est notablement accélérée ces dernières semaines et il est évident qu’il faille « adopter des comportements responsables ». C’est même « un devoir » vis-à-vis des personnes qui, parmi nous, sont les plus fragiles -donc les plus exposées à une contamination qui peut alors évoluer de manière sérieuse, comprend-on. C’est un devoir aussi vis-à-vis des personnels soignants, dont « le formidable engagement » est salué.

Autrement dit, l’heure n’est pas à contester le principe de la lutte contre la propagation du virus, même si les mesures prises par le gouvernement se traduisent par des « contraintes fortes ».

Mais le sens des responsabilités n’empêche pas Philippe Chotard de déplorer des « instructions floues pour ne pas dire contradictoires qui créent des situations d’inégalités totalement incompréhensibles » – gros regret nourri comme « beaucoup d’autres », glisse-t-il… « et parfois avant eux ».

LIRE AUSSI : Commerces « non essentiels » fermés : à Bergerac, le maire Jonathan Prioleaud préfère prévenir avant d’agir… pour aboutir

Ces situations inégales, avec l’équipe Agir pour Ribérac, l’élu d’opposition les avait déjà dénoncées lors du premier confinement : le sort réservé alors aux librairies lui était apparu « inexplicable » et il s’était étonné qu’on hésite à ré-ouvrir les marchés.

Commerces : est-on sûr d’avoir pris le bon angle pour décider des fermetures ?

Cette fois, l’inégalité de traitement entre les commerces aurait franchi un nouveau pallier, peut-on comprendre. D’autant que les petits commerces sont fermés au nom d’une affirmation dont Philippe Chotard cherche toujours le fondement. Bref, « comment peut-on soutenir que le risque de contamination est plus élevé dans les commerces de proximité que dans les rayons des grandes surfaces ? ».

C’est à ce moment que l’élu jette un pavé dans la mare. Il se demande pourquoi la question de la fermeture des commerces a été prise par l’angle des petits commerces. Pour sa part, il l’aurait bien vue posée via celui des grandes surfaces. « N’aurait-il pas été plus adapté de se pencher sur le fonctionnement des grandes surfaces, en n’autorisant par exemple que les ventes en « drive » ? ».

Cette fois, la charge porte sur l’a priori qui a entraîné des mesures qui ne respectent pas la concurrence. Et un a priori est un choix… politique.

Un groupe d’entraide qui a toujours sa page Facebook 

Avant d’encourager les habitants à un autre choix tout de suite et maintenant : opter autant que faire se peut pour des achats dans les commerces locaux alors que Noël se profile. Pour contribuer à faire preuve de solidarité, l’équipe Agir pour Ribérac rappelle que le groupe d’entraide Agir pour Ribérac contre le coronavirus qu’elle a mis sur pied lors du premier confinement s’attèle à fournir les indications utiles pour concrétiser ce soutien pendant cette saison 2.

Et, si des modalités de ce nouveau confinement sont contestées car elles sont « incompréhensibles », l’équipe Agir pour Ribérac de Philippe Chotard exhorte à « la vigilance face à la gravité de la situation sanitaire ».

Les difficultés que la France rencontre sont « majeures » -il y en a plusieurs et pas dans le seul secteur de la santé et le post de Philippe Chotard commence par la dénonciation de l’ « attentat odieux » perpétré à Nice, en rappelant celui qui a été perpétré à Conflans-Sainte-Honorine.

2 Commentaires

  1. Cette ouverture aux petits commerces est un problème majeur de risque de contamination. Il est vrai qu’on ne diffuse pas plus en grande surface qu’en petit commerce. Ne serait – ce pas plutôt un problème lié à l’approche extérieure où le risque est élevé en se rendant vers ces petits commerces ?

  2. Il est plus facile de limiter numériquement l’accès dans les petits commerces qui sont moins « contaminants  » que les grandes surface ou se pressent des centaines de personnes , même si en théorie -au niveau des caisses- les gestes barrieres sont respectés . Prendre exemple sur les boulangeries qui n’accueillent q’une personne à la fois

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dernières Actualités

Issu d’une famille d’agriculteurs de Dordogne, Timothée Dufour, l’« avocat de la ruralité » qui tient tête aux « personnalités déconnectées »

Issu d’une famille d’agriculteurs, Timothée Dufour a choisi de creuser son sillon ailleurs que dans les terres de Dordogne,...

Régionales 2021 : Nicolas Florian convoque Jacques Chirac et invite la sécurité dans le projet de la Droite et du Centre

En présentant les 12 têtes des listes départementales, leur leader Nicolas Florian, qui emmène la Droite et le Centre...

(actualisation) Départementales 2021 en Dordogne : quoi de neuf, maintenant que tous les candidats sont connus ?

Maintenant que tous les candidats sont connus*, la configuration de la bataille des Départementales 2021 en Dordogne révèle-t-elle des nouveautés ?...

Départementales 2021 : le binôme Hussein Khairallah-Marie Belombo sur la ligne de départ

Dans le canton de Trélissac, en Dordogne qui en compte 25, un binôme a, dans un communiqué de ce lundi...

Sur le même sujet

(actualisation) Départementales 2021 en Dordogne : quoi de neuf, maintenant que tous les candidats sont connus ?

Maintenant que tous les candidats sont connus*, la configuration de la bataille des Départementales 2021 en Dordogne révèle-t-elle des nouveautés ?...

Un adjoint perd ses nerfs à la fin du conseil municipal de Ribérac (bonjour le climat)

Le surlendemain du conseil municipal de Ribérac consacré au vote du budget 2021, le groupe d’opposition Continuons ensemble pour...

Vaccination anti-Covid à Ribérac : le maire Nicolas Platon évoque « 300 vaccins dérobés »

Intervention remarquée du maire de Ribérac Nicolas Platon au conseil de la communauté de communes du Périgord Ribéracois (CCPR), jeudi 15 avril. Déjà...

Jean-Michel Crassat « un peu inquiet » pour la survie de l’aérodrome de Ribérac

A… battoir. Et maintenant A… érodrome ? Rien à voir entre l’un et l’autre, sauf à ce que le second...

Opposition Agir pour Ribérac : le Département « envisagerait » le rachat des bâtiments de l’abattoir… et alors ? (timing opportun mis à part)  

Au conseil municipal du 17 mars 2021, le chef de file du groupe d'opposition Agir pour Ribérac Philippe Chotard a...

A la une