Commerces « non essentiels »  fermés : à Bergerac, le maire Jonathan Prioleaud préfère prévenir avant d’agir… pour aboutir

-

à la une Commerces « non essentiels »  fermés : à Bergerac, le maire...

Jonathan Prioleaud
Jonathan Prioleaud est, avec ses homologues du réseau Villes de France, signataire d’un courrier à Jean Castex afin que les commerces de centre-ville soient traités sur un pied d’égalité avec les grandes surfaces (© Territoire Magazines)

À Bergerac, avec son équipe municipale, le maire Jonathan Prioleaud a décidé de plaider la cause des commerces du centre-ville, qui sont dans l’obligation de rester fermés pour cause de nouveau confinement. C’est tout simplement un « drame économique et social » qui leur est imposé… quand d’autres y échappent. Toutefois, avec ses homologues du réseau Villes de France, le premier magistrat a préféré au préalable appeler le Premier ministre à revoir sa position dans une lettre expédiée ce samedi 31 octobre 2020, au nom de l’équité de traitement entre les commerces et de la bonne compréhension des décisions. Au lieu de prendre sur le champ un arrêté d’ouverture… voué à être retoqué. Mais en prévenant Jean Castex qu’il n’avait en somme pas le choix.

Dans un communiqué, le maire de Bergerac Jonathan Prioleaud fait savoir qu’avec les maires du réseau Villes de France, il a écrit au Premier Ministre Jean Castex. Le nouveau confinement entré en vigueur vendredi 30 octobre impose en effet la fermeture des commerces « non essentiels ». Autrement dit, ce sont les commerces de centre-ville qui vont devoir affronter « un drame économique et social ».

Impossible qu’une règle soit respectée si elle est « incompréhensible et injuste », indiquent les élus dans leur courrier, qui rappellent qu’ils sont aussi des présidents des conseils de surveillance des centres hospitaliers très déterminés à « casser la courbe de la pandémie » conscients que les mesures de ce re-confinement va impacter l’économie. Reste que laisser les rayons vêtements, jouets, articles de sport… ouverts dans les hypermarchés quand les commerces de détail des centres-villes occupant le même créneau sont fermés est précisément « injuste ». Ce n’est pas « préserver le principe d’une concurrence équitable entre commerces ». Le gouvernement a d’ailleurs démontré qu’il en avait bien pris acte pour la vente de livres et les auteurs de cette lettre s’en félicitent. Maintenant, expliquent-ils en substance, il n’y a plus qu’à continuer dans cette voie. Plus exactement, il le faut.

« Les commerces de détail seraient plus favorables à la propagation du virus que des rayons encombrés des grandes surfaces ? On en doute » 

Jonathan Prioleaud et les élus du réseau Villes de France précisent en outre qu’ils doutent que les commerces de détail soient des lieux plus favorables à la propagation du nouveau coronavirus que « des rayons encombrés des grandes surfaces ».

Ce « principe d’égalité » doit être en vigueur « dans les meilleurs délais possibles ». Faute de quoi et au grand regret de ces « élus républicains », les maires du réseau Villes de France préviennent le Premier ministre qu’ils ne pourront pas garantir qu’ils laisseront l’injustice prospérer. À la différence des maires qui, ces dernières heures, ont pris d’emblée des arrêtés d’ouverture voués à être retoqués, ces premiers magistrats préfèrent donc prévenir le gouvernement avant d’agir. C’est comme se souvenir qu’on ne tire pas sans sommations.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dernières Actualités

À Boulazac Isle Manoire, Pierre Touzot maintient qu’il sèche le conseil municipal « sans être excusé » 

Le conseil municipal de Boulazac-Isle-Manoire compte 35 élus. Pourtant, depuis sa deuxième réunion, le 24 juin, l’un d’eux manque...

Renaud Denoix de Saint Marc : l’article 24 du projet de loi sécurité globale « tanne le cuir » de Gérald Darmanin… qu’aucun pare-feu n’a non plus...

  Parmi ses citoyens, la Dordogne compte Renaud Denoix de Saint Marc, un homme qui n’est pas passé à côté...

Abattoir de Ribérac : le prêt de 250 000 € de la région Nouvelle-Aquitaine est resté… à la région Nouvelle-Aquitaine

Alors qu’on ignore encore si des apporteurs publics prévoient de soutenir un projet d’avenir pour l’abattoir de Ribérac, structure...

Gestion de l’eau potable : le président du SMDE 24 Marc Mattera dénonce la… soif de « pouvoir absolu » du Grand Périgueux (qui verra après l’intérêt...

Aujourd’hui, le syndicat mixte départemental (syndicat des eaux de la Dordogne -SMDE 24) assure, avec le concours des syndicats adhérents,...

Après le gel, voilà le Covid… mais, dans le Périgord Vert, on espère bien que Noël se fêtera autour d’un sapin

ll pousse des sapins en Dordogne. Cap sur le Périgord Vert, où, après que le gel a sévi pendant...

Sur le même sujet

Après le gel, voilà le Covid… mais, dans le Périgord Vert, on espère bien que Noël se fêtera autour d’un sapin

ll pousse des sapins en Dordogne. Cap sur le Périgord Vert, où, après que le gel a sévi pendant...

Bergerac : la Ville met en ligne une carte interactive pour savoir où et comment faire vos achats pendant le confinement

Le deuxième confinement impose aux commerces des règles de fermeture mais certains, ainsi que des artisans, peuvent maintenir leur activité. Ensuite,...

Régionales : Isabelle Hyvoz a (toujours) envie d’y aller et merci de dire « stop au copinage »

Oui, Isabelle Hyvoz est « très intéressée » par le scrutin des régionales 2021, et pourquoi donc en serait-il autrement ? Elle...

Fermeture des commerces de proximité : « Et si les seules ventes en drive des grandes surfaces avaient été autorisées ? » demande l’élu de Ribérac Philippe...

Le confinement est de nouveau en vigueur sur l’ensemble du territoire français et la Dordogne n’échappe pas à l’accélération...

Antoine Audi : « Alain Rousset n’est pas flambant neuf et Germinal Peiro ne fera pas demi-tour dans son impasse »

L’ancien maire de Périgueux et toujours conseiller régional Les Républicains Antoine Audi estime qu’il faut apaiser droite et centre...

A la une