Philippe Chotard : « le maire de Ribérac Nicolas Platon ne veut pas suivre les préconisations de la CRC… C’est gonflé ! »

-

à la une Philippe Chotard : « le maire de Ribérac Nicolas Platon ne...

Philippe Chotard
Philippe Chotard (© Territoire Magazines / archives)

Le dernier rapport de la chambre régionale des comptes sur la gestion de Ribérac est, aux yeux de l’élu d’opposition Philippe Chotard, « un séisme majeur ». Or, celui qui a emmené la liste Agir pour Ribérac aux municipales 2020 est atterré de constater que le renvoi de la responsabilité de l’état alarmant des finances supplante la préparation de l’avenir de la cité. Philippe Chotard plaide pour que Ribérac forme des projets, mais surtout sans minimiser la situation, comme le maire Nicolas Platon lui donne le sentiment de le faire, entendant même ne pas respecter les préconisations des magistrats.

« Le rapport de la chambre régionale des comptes (CRC) sur les finances de Ribérac est un séisme majeur ». Sauf que pour faire face à sa réplique, l’élu d’opposition Philippe Chotard a le sentiment que le maire Nicolas Platon « cherche à minimiser la situation », au point de prétendre « ne pas respecter les préconisations de la CRC… c’est gonflé ! ». Or, ses magistrats ont juste tiré la sonnette d’alarme. Leur analyse a porté sur la période 2013-2019, pendant laquelle Rémy Terrienne a été maire jusqu’à 2014 (soit un an sur la période concernée), avant que Patrice Favard le remplace jusqu’au dernier scrutin municipal. De sorte qu’il apparaît à celui qui a conduit la liste Agir pour Ribérac que la première préoccupation soit de « distribuer les responsabilités entre l’un et l’autre afin de s’exonérer de toutes ». À l’heure où la CRC évoque une « situation critique », cet état d’esprit est à ses yeux bigrement malvenu. S’escrimer à réécrire l’histoire est stérile, martèle-t-il. Au contraire, « le seul sujet qui vaille, c’est l’avenir ». Et, dans un contexte nécessairement contraint, « Il faut des projets » pour Ribérac.

LIRE AUSSI : Forêt de la Double : la SEPANSO dénonce un reboisement « illogique » du Département de la Dordogne 

La mort programmée de l’abattoir ?

« Pour l’abattoir, on fait quoi ? ». Le site de Ribérac est au bord du gouffre… sans qu’une action soit entreprise pour le tirer de cette situation terriblement inquiétante. Est-ce à dire que la fermeture de l’abattoir est programmée ? Si cette issue fatale s’avère inéluctable, Philippe Chotard voudrait que tout ait été tenté, jusqu’au bout, pour s’en assurer -impensable à ses yeux de laisser filer une éventuelle solution. Il a déjà dit que ce n’était pas l’impression qu’il avait.

« Nicolas Platon redécouvre la nécessité d’investir, tant mieux, d’autant que le Département n’a cessé de couper les subventions à Patrice Favard »

« Pour les investissements, on fait quoi ? ». Philippe Chotard a été sensible au fait que Nicolas Platon reprenne mot pour mot ce qu’il a lui-même dit et redit pendant la campagne : « une commune qui n’investit pas est une commune qui meurt ». En tout état de cause, il est urgent d’ « ouvrir les yeux ». Des scenarii, il n’y en a pas mille et cent, poursuit-il, mais deux. Ou bien on décide qu’au regard de la situation « critique » donc des finances de Ribérac, on ne peut plus rien faire, ou bien, on s’impose de ne pas minimiser la situation. Cette seconde option implique que la Ville est condamnée à se réserver des marges, « de manière à ce que, sur une période longue, elle redresse ses finances… mais en faisant quelque chose ». Et faire quelque chose, après avoir hiérarchisé les priorités. « Il y a les investissements qu’on ne peut pas réaliser, il y a ceux qui sont indispensables et Nicolas Platon redécouvre leur nécessité, alors que le Département de la Dordogne n’a cessé de couper les subventions à Patrice Favard ».

« Ribérac doit soutenir la CCPR… mais l’inverse est aussi vrai »

« Je me suis dernièrement permis d’évoquer la situation de la ville-centre de la communauté de communes du Périgord ribéracois (CCPR) ». Philippe Chotard a rafraîchi les mémoires sur le tableau que Ribérac présentait. « La population continue de diminuer, le taux de chômage est à 19%, il y a des centaines de logements vacants ». L’objectif de l’élu était de démontrer que s’il fallait en effet soutenir la CCPR, il fallait également qu’elle soutienne Ribérac -ainsi, il a plaidé pour une fiscalité mieux répartie. « Sinon, il n’y aura plus rien à Ribérac : ni médecin, ni commerce… ».

LIRE AUSSI : Démarchage en Dordogne : les victimes se sont tant confiées à lui qu’il pourrait faire un manuel de leurs techniques… audacieuses 

« Un échange constructif avec le maire Nicolas Platon »

« Nous avons eu un échange constructif avec Nicolas Platon ». Dès que Philippe Chotard a pris connaissance du communiqué du ministre de la Cohésion des Territoires Jacqueline Gourault sur le programme d’accompagnement des petites communes (moins de 20 000 habitants) Petites villes de demain, l’élu d’opposition s’est rapproché du maire de Ribérac, qui s’est montré tout à fait d’accord pour que la cité candidate. « La Ville était passée totalement à côté du précédent soutien de l’État Action cœur de ville ».

« La cité scolaire n’est pas un investissement prioritaire ! »

« Dans cette situation financière très préoccupante, il faut prendre des initiatives fortes, ne pas se résoudre à se résigner, et il faut aller chercher des financements ». Cette réponse a été faite par d’autres petites villes, qui ont su être dans le même temps « très sélectives dans leurs investissements et très rigoureuses dans leurs dépenses de fonctionnement », souligne Philippe Chotard. Sans surprise, l’élu d’opposition insiste sur l’intérêt à Ribérac d’un investissement en particulier : l’édification d’une cité scolaire. « Ce n’est pas prioritaire ! ». D’autant que le rapport de la CRC a révélé que « 2,4 M€ d’investissement dans la mise aux normes de l’assainissement ont été différés ». Or, la CRC a aussi rappelé que celle-ci devait être réalisée d’ici à 2022. De toute évidence, « voilà qui ne donne pas matière à rêver »… mais qui souligne que la révision de la hiérarchisation des projets s’impose.

LIRE AUSSI : Antoine Audi, qui a envie de Régionales (et ça lui plaît), juge que le maire de Périgueux Delphine Labails « ne peut pas mieux faire » (et ça le consterne)

« Nous voulons être une opposition constructive et la démonstration a été faite que « ça pouvait le faire » »

« Les élus de l’équipe Agir pour Ribérac tiennent à ce que la fiscalité n’augmente pas pendant ce mandat ». Sélection des investissements donc, maîtrise de l’endettement (c’est-à-dire baisse de celui-ci)… mais, comme Ribérac ne pourra pas agir seul, « il va falloir se bagarrer à la CCPR », où l’ancien maire Patrice Favard y aurait bien été « marginalisé », de l’avis de Philippe Chotard. Si Patrice Favard a dû aussi faire avec peu de subventions du Département pendant son mandat, « peut-être n’a-t-il pas monté non plus les dossiers qui vont bien ? En admettant que ceux-ci aient bien été ficelés, reste à savoir s’ils ont été expédiés… ». En tout état de cause, les élus de l’équipe Agir pour Ribérac ont arrêté une ligne directrice dont ils ne bougeront pas : « être présents au conseil municipal dans les commissions, à la CCPR ». Ils précisent à cet effet qu’ils « se mettent à sa disposition de l’intercommunalité : s’ils peuvent se rendre utiles… ». En aucun cas les élus de l’équipe Agir pour Ribérac n’entendent dire non systématiquement. « Nous voulons être une opposition constructive ». Et le rendez-vous avec Nicolas Platon sur le programme Petites villes de demain a fait la démonstration que que ça pouvait le faire. « Ribérac a besoin de faire preuve d’initiatives et de mobiliser toutes les énergies ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dernières Actualités

Boulazac-Isle-Manoire : le TA de Bordeaux a fixé la date d’audience de l’examen du recours expurgé de Jérémy Pierre-Nadal

Dans une quinzaine de jours, le rapporteur public donnera son appréciation sur les suites à donner au recours déposé...

Polices municipales « scannées » par la CRC : Bordeaux et Brive n’ont pas répondu aux magistrats

Dans le cadre de son contrôle des entités et politiques publiques, la Cour des comptes a publié son rapport...

Bernard Mazet : « La filière oie n’ira pas à Nontron, elle restera à Sarlat et le nouvel abattoir va se faire »

Le président de la société coopérative d’intérêt collectif agricole (SCICA) La Plume du Périgord Noir Bernard Mazet, producteur de...

Conflit au Haut-Karabakh : le député MoDem Jean-Pierre Cubertafon met le cap sur l’Arménie

Pour évoquer avec ses hautes autorités la situation au Haut-Karabakh, une délégation de parlementaires français part en Arménie demain...

Nouveau BTS à la MFR de Périgueux : le pari que « les jeunes sont des vecteurs de développement du territoire »

La maison familiale rurale de Périgueux a ouvert, en septembre 2020, une nouvelle formation supérieure qui apparaît pile en...

Sur le même sujet

À Ribérac, Nicolas Platon dit non à la CRC car « on n’a pas de solution au problème des subventions d’équilibre »  (épisode 2)

L’équipe du maire Nicolas Platon, mise en place le 5 juillet, dans la foulée du scrutin des municipales 2020,...

L’ex maire de Ribérac Patrice Favard : « À mon arrivée, la situation financière était catastrophique »

Avec la publication du rapport définitif de la chambre régionale des comptes (CRC), qui porte sur la gestion de...

L’état des finances de Ribérac alarme la chambre régionale des comptes (épisode 1)

Le rapport de la chambre régionale des comptes (CRC) a pris de la place pendant la campagne des municipales...

À Ribérac, Philippe Chotard sidéré par l’immobilisme de l’équipe municipale alors que l’abattoir est au bord du gouffre

À Ribérac, l’élu d’opposition Philippe Chotard signe un post Facebook dans lequel il confirme que le dossier brûlant de...

Ribérac : le recours sur l’éligibilité de Nicolas Platon « écarté »… mais il « a permis d’en apprendre beaucoup »

Un post publié hier sur la page Facebook de la liste Agir pour Ribérac qu’a emmenée Philippe Chotard aux...

A la une