L’ex maire de Ribérac Patrice Favard : « À mon arrivée, la situation financière était catastrophique »

-

à la une L’ex maire de Ribérac Patrice Favard : « À...

Patrice Favard
Patrice Favard (© Territoire Magazines / archives)

Avec la publication du rapport définitif de la chambre régionale des comptes (CRC), qui porte sur la gestion de la ville de Ribérac sur la période 2013-2019, le nom de celui qui a été maire à partir de 2014 est dans toutes les têtes. Patrice Favard a bien voulu réagir, en livrant son analyse.

Le rapport de la chambre régionale des comptes sur les finances de la ville de Ribérac a été rendu public hier, jeudi 1eroctobre 2020. Son intégralité est ICI.

Dans ce rapport, l’état des finances de la Ville alarme les magistrats. La gestion de Patrice Favard, maire de Ribérac à partir de 2014, pourrait être encore plus contestée qu’elle ne l’était déjà pendant la campagne des municipales 2020, bien que le diagnostic de la CRC, qui était dans sa version provisoire, ait alors été officiellement inconnue.

« J’ai baissé les impôts et la situation financière ne s’est pas améliorée »

« Je me suis fait shooté parce que j’ai baissé les impôts et que la situation financière ne s’est pas améliorée ». Sans contester le constat de la CRC, Patrice Favard pointe un élément à côté duquel, en un rien de temps, on passerait. « La situation financière était catastrophique à mon arrivée en 2014 ». En clair, de l’acabit de celle dont « on ne se relève pas en quelques années ».

LIRE AUSSI : Forêt de la Double : la SEPANSO dénonce un reboisement « illogique » du Département de la Dordogne

« La baisse des dotations de l’État, ça a été plus de 1,5 M€ de recettes en moins pendant mon mandat »

Pendant la campagne des municipales 2020, le maire sortant candidat qui conduisait la liste Continuons ensemble pour Ribérac avait rappelé que les circonstances n’avaient pas aidé son équipe à faire face à cet existant en mille morceaux… La publication du rapport de la CRC l’invite à recommencer. « Pendant 3 ans, nous avons été amputés des dotations de l’État à un niveau jamais atteint ». Sur le mandat, explique-t-il, la Ville a dû compter sur un montant de recettes très en-deçà de celui sur lequel elle pouvait compter avant. Il a donc fallu faire avec « plus de 1,5 M€ de recettes en moins ».

« Ce n’était pas la Ville qui subventionnait l’abattoir ! »

« La CRC préconise de se séparer de l’abattoir, en disant que sa gestion devrait aller dans le giron de l’intercommunalité ou à des privés ». Patrice Favard indique que la Ville « devait équilibrer le budget annexe de l’abattoir par une subvention du budget principal, même si elle était plus faible qu’avant ». C’est donc juste logique, poursuit-il, que cette subvention ne figure pas dans les comptes de l’abattoir. « C’est une subvention d’équilibre ! Ce n’était pas la Ville qui subventionnait l’abattoir ! ». L’ancien premier magistrat précise que « l’abattoir ne versait pas de loyer ». En tout état de cause, « les décisions du conseil municipal d’alors étaient publiques ». Il note aussi que les difficultés du site « avaient commencé avant (son mandat) ». L’augmentation du tonnage, en 2016-2017, avait pourtant été un signe encourageant -la SEMOP avait été créée en juillet 2016. « Si les résultats restaient négatifs, c’était dans une moindre mesure ». Les « ennuis » se seraient de nouveau invités en 2018, avec la survenue d’un accident du travail. « Aujourd’hui, la part d’Arcadie à racheter s’élève à environ 28 000 €. Au regard du montant du budget de l’abattoir, c’est très peu ». En revanche, en effet, « si la Ville rachetait le site, elle redeviendrait majoritaire ».

LIRE AUSSI : À Ribérac, Philippe Chotard sidéré par l’immobilisme de l’équipe municipale alors que l’abattoir est au bord du gouffre

Le transfert des compétences à la CCPR reste « gênant »

« À lire les magistrats, la Ville n’a plus non plus vocation à gérer le cinéma (le Max Linder) ». Patrice Favard convient que s’il est « en léger déficit », il n’en reste pas moins que… « c’est vrai, il est en déficit ». Avant d’ajouter qu’ « envisager une nouvelle salle serait un investissement trop lourd pour la Ville ». L’ancien maire retient que que Ribérac « a d’énormes charges de centralité » -parmi celles-ci, il y a aussi, au passage, celles liées au forum culturel ou à la médiathèque. « Si les élus de l’intercommunalité (ici, c’est la communauté de communes du Pays ribéracois) étaient directement élus par les électeurs, le transfert de compétences me gênerait moins ». Mais ce n’est pas le cas…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dernières Actualités

Démolition du chantier de Beynac : bras de fer entre le Département de la Dordogne et les services de l’État ?

  Le Département de la Dordogne a publié le compte-rendu de 2e réunion du comité de suivi environnemental des travaux...

Boulazac-Isle-Manoire : le TA de Bordeaux a fixé la date d’audience de l’examen du recours expurgé de Jérémy Pierre-Nadal

Dans une quinzaine de jours, le rapporteur public donnera son appréciation sur les suites à donner au recours déposé...

Polices municipales « scannées » par la CRC : Bordeaux et Brive n’ont pas répondu aux magistrats

Dans le cadre de son contrôle des entités et politiques publiques, la Cour des comptes a publié son rapport...

Bernard Mazet : « La filière oie n’ira pas à Nontron, elle restera à Sarlat et le nouvel abattoir va se faire »

Le président de la société coopérative d’intérêt collectif agricole (SCICA) La Plume du Périgord Noir Bernard Mazet, producteur de...

Conflit au Haut-Karabakh : le député MoDem Jean-Pierre Cubertafon met le cap sur l’Arménie

Pour évoquer avec ses hautes autorités la situation au Haut-Karabakh, une délégation de parlementaires français part en Arménie demain...

Sur le même sujet

Boulazac-Isle-Manoire : le TA de Bordeaux a fixé la date d’audience de l’examen du recours expurgé de Jérémy Pierre-Nadal

Dans une quinzaine de jours, le rapporteur public donnera son appréciation sur les suites à donner au recours déposé...

Philippe Chotard : « le maire de Ribérac Nicolas Platon ne veut pas suivre les préconisations de la CRC… C’est gonflé ! »

Le dernier rapport de la chambre régionale des comptes sur la gestion de Ribérac est, aux yeux de l’élu...

À Ribérac, Nicolas Platon dit non à la CRC car « on n’a pas de solution au problème des subventions d’équilibre »  (épisode 2)

L’équipe du maire Nicolas Platon, mise en place le 5 juillet, dans la foulée du scrutin des municipales 2020,...

L’état des finances de Ribérac alarme la chambre régionale des comptes (épisode 1)

Le rapport de la chambre régionale des comptes (CRC) a pris de la place pendant la campagne des municipales...

A la une