Sénatoriales : Jean-Pierre Cubertafon rappelle que « Germinal Peiro n’est pas le 9e candidat »

-

politiqueSénatoriales : Jean-Pierre Cubertafon rappelle que « Germinal Peiro n’est pas le...

Jean-Pierre Cubertafon Claudine Faure
Jean-Pierre Cubertafon et Claudine Faure tiennent à l’indépendance de leur candidature aux sénatoriales : ils veulent oeuvrer pour tous les Périgourdins (© Territoire Magazines)

Avec son binôme le maire de Lacropte Claudine Faure, le député MoDem de la 3e circonscription Jean-Pierre Cubertafon a rappelé, ce lundi 21 septembre 2020, qu’il y avait huit candidats en lice aux élections sénatoriales en Dordogne… et pas un de plus, contrairement à ce que l’omniprésence du président du Département Germinal Peiro dans la campagne pourrait laisser croire. Le duo a aussi ré-expliqué le mode pratique du scrutin pour que personne ne souffre la déception de voir son vote annulé.

« Cette élection vaut mieux qu’une instrumentalisation ». Le député MoDem de la 3e circonscription de la Dordogne, qui brigue un mandat de sénateur comme 7 autres candidats, a forcé sa nature en haussant le ton, à une semaine du scrutin. « Germinal Peiro fait une campagne un peu trop démonstrative… ». Bref, ce dernier est partout et tout le temps. Le binôme que le député Jean-Pierre Cubertafon forme avec le maire de Lacropte Claudine Faure est consterné de voir « des candidats un peu… chaperonnés ». Cette mainmise sur des tickets concurrents gâche, au moins, l’ambiance de la campagne.  « C’est dommage… ». Un débat d’idées serein, à la place de ce climat électrique perpétuel, aurait mieux valu -pour les seuls candidats que Germinal Peiro soutient donc, déjà. « Alors, non, nous ne sommes pas les candidats du Département. Nous sommes les candidats de tous les élus ! ». La vie politique ne se résume pas aux batailles crispées que mène le patron de son exécutif, il y a bien la place pour « l’indépendance » en Dordogne. Le binôme Cubertafon-Faure a tracé cette route-là, la sienne, en tenant 50 réunions cantonales, objectif qu’il s’était fixé « pour écouter », en même temps qu’il a assuré « près de 100 réunions en un mois » en tête-à-tête. Le duo aspire à « une coalition de bonnes volontés, une coalition des élus »… affranchis des appartenances partisanes… lui.

Jean-Pierre Cubertafon revendique un bilan concret 

« Je me considère comme un candidat naturel pour défendre la ruralité (désertification médicale, condition des agriculteurs, continuité des services publics) ». Jean-Pierre Cubertafon l’a déjà dit ICI : s’il est élu dimanche prochain, il sera aussitôt « opérationnel ». L’expérience, il l’a… et, des résultats positifs pour le territoire, il a contribué à en pousser quelques-uns, en votant « les budgets ayant rétabli très largement » le rehaussement des dotations de fonctionnement des communes, « la loi Engagement et proximité », mais aussi « tous les textes qui permettent aujourd’hui des actions pour les cœurs de ville », ainsi que des crédits pour « le plan petite ville de demain », et encore « les actions pour les villes moyennes »… Jean-Pierre Cubertafon revendique également de « secouer les cabinets ministériels » comme « le terrain ». Sur le haut débit, le député rafraîchit les mémoires : il « a rencontré le cabinet du Premier ministre pour faciliter son déploiement en Dordogne » ; pour l’installation d’une 1e année de médecine à Périgueux, il s’est aussi battu… quand, aujourd’hui, en résumé, « certains oublient qu’ils n’étaient pas pour il y a deux ans » ; pour le contrat de ville dont Périgueux et Coulouniex-Chamiers bénéficient, il a été un facilitateur… sans parler du désenclavement, pour lequel il défend les transports -par la route, par le rail, via l’avion. Et, oui, la politique du gouvernement a aussi son lot de « bonnes nouvelles », et il en est fier. Concrètement, n’est-ce pas l’État qui a participé à secourir l’office d’habitat du Grand Périgueux (en apportant… 8 M€), qui a contribué au « renouvellement urbain de Chamiers » (en apportant cette fois… 12 M€), qui a acquis le siège du Grand Périgueux pour y installer le commissariat (en apportant pour le coup… 1,5 M€) ?

LIRE AUSSI : Alain Castang en lice aux sénatoriales : « les maires m’appellent pour me voir »  (pas besoin de phoning, lui)

« La ruralité est une chance » (au lieu d’être « contre le reste du pays »)

« Le prétendu combat de la ruralité contre le reste du pays ? » À la place des discours aux visées strictement politiciennes, Jean-Pierre Cubertafon entend justement « faire valoir la ruralité » pour ce qu’elle est à ses yeux : « une chance ». Et oui, le candidat du Nontronnais trouve des « malfaçons » à la loi NOTRe… qu’il entend précisément participer à corriger pour qu’elle recolle à la réalité qui s’impose aux élus.

« Je ne vois pas le département depuis une seule portion de la Vallée de la Dordogne »

« Élaborer une position de l’équipe Périgord ». Avec sa suppléante Claudine Faure, Jean-Pierre Cubertafon prévoit, s’il est élu, de consulter les élus des EPCI régulièrement, à chaque « texte important ». Ce sera d’ailleurs pour eux le gage qu’il leur rend des comptes… et « une corde de rappel permanente » qui le fera, dit-il, meilleur législateur. « Je ne vois pas le département depuis une seule portion de la Vallée de la Dordogne ». Aux yeux du candidat Cubertafon, les bonnes idées « n’ont ni frontière, ni parti ». Périgueux, Bergerac, Nontron, les bords de l’Isle, de la Vézère sont toutes des sources d’ « inspiration ».

LIRE AUSSI : Sénatoriales en Dordogne : le conseiller départemental Thierry Boidé soutient Joëlle Huth « à 300% »

Appel à la vigilance des grands électeurs pour que chaque vote compte

Le binôme Jean-Pierre Cubertafon-Claudine Faure appelle les grands électeurs à être attentifs au mode pratique du scrutin. Dimanche 27 septembre 2020, il y a deux sénateurs à élire, ce qui équivaut, pour les grands électeurs, à disposer de deux voix. Chacun devra voter (devra, oui, c’est une obligation) et il aura donc… 2 voix. Il aura alors le choix entre des bulletins sur lesquels figurent un duo -un titulaire et un suppléant- et des bulletins sur lesquels figurent deux duos de deux titulaires et deux suppléants. Or, attention ! sur ces derniers, c’est un duo entier qu’il faut barrer, « sinon,  vous vous retrouverez avec trois choix ! ». Cette précision, il semble à Jean-Pierre Cubertafon que des candidats en négligent l’importance puisqu’ils n’en font pas état.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dernières Actualités

À Ribérac, information chiche des élus, mise en cause des services de l’État et reprise de l’abattoir compromise

Conseil municipal extraordinaire consacré aux finances de la ville de Ribérac, vendredi 06 août. Il faut notamment rectifier le...

Urgences de Sarlat : plus de 3 000 pétitionnaires en faveur du maintien de leur ouverture en août

À l’adresse de l’agence régionale de santé de Nouvelle-Aquitaine, le comité de défense de l’hôpital et de la maternité...

Philippe Chotard : « Vous n’avez plus de médecin dans l’interco’ du Périgord ribéracois ? Pas d’inquiétude : une… étude d’ « opportunité » est en cours »

Le leader du groupe d’opposition Agir pour Ribérac a réagi à la « réponse » de la communauté de communes du...

(actualisation) Périgueux en images à l’heure de la manifestation « anti Passe sanitaire » qui dénonce « un chantage »

Plusieurs centaines de manifestants opposés au passe sanitaire ont envahi le centre historique de Périgueux ce samedi 24 juillet...

Covid : la CGT contre la vaccination obligatoire des soignants… après avoir dénoncé l’incapacité du gouvernement à les vacciner

La secrétaire générale de la CGT du centre hospitalier de Périgueux Mary Marietta s’oppose à l’idée que la vaccination...

Sur le même sujet

En Dordogne, en images, la cité de Lanouaille s’est retrouvée au centre du monde culturel et/ou politique

Direction le nord de la Dordogne, dans le Périgord Vert où, à l’occasion du salon du livre Périgord-Limousin ces vendredi...

-TRIBUNE- « Pourquoi les affirmations de Germinal Peiro sur la déviation de Beynac sont contestables »

L’assemblée du Département de la Dordogne s’est réunie mardi 20 juillet 2021… et le sujet de la déviation de...

Jean-Claude Nouard : « en Dordogne, la forêt est exposée au risque incendie à peu près comme en Corse, et en priorisant les essences rentables, la...

Avec sa surface de 418 000 hectares de forêt, la Dordogne se hisse au 3e rang des départements les...

-TRIBUNE- Impôts sur les espaces naturels sensibles : l’écologue Bernard Bousquet demande au président du Département de la Dordogne quel usage en est fait

Ingénieur des eaux et forêts, docteur en écologie, Bernard Bousquet a adressé une lettre au président du Département de...

Démolition du chantier de Beynac : le bras de fer continue entre le préfet et le Département de la Dordogne… jusqu’à ce que la justice...

La démolition du chantier de feu le projet de la déviation de Beynac et la remise en état du...

A la une