Municipales à Ribérac : à chacun des trois candidats son entrée en campagne de second tour

3 candidats Ribérac

Nicolas Platon, Patrice Favard, Philippe Chotard sont les 3 candidats aux municipales à Ribérac (© territoire-magazines.com)

Le second tour des élections municipales a été fixé vendredi 22 mai, en début de matinée, à la date du dimanche 28 juin. Sans surprise, cette échéance est susceptible d’être revue, au cas où l’épidémie de covid-19 repartirait à la hausse. Ribérac est des 5 000 villes de France environ qui ont besoin d’un 2e tour de scrutin pour désigner qui prendra les rênes de la commune. Les trois candidats en lice font connaître leur état d’esprit et/ou leur point de vue sur les pages Facebook de leurs listes respectives. Un premier pas dans cette drôle de campagne, qui pointe sans attendre des divergences notables entre les appréciations de la situation par les trois candidats –Patrice Favard, maire sortant à la tête de la liste Continuons ensemble pour Ribérac, Nicolas Platon qui emmène la liste Ribérac l’avenir avec vous et Philippe Chotard, qui conduit la liste Agir pour Ribérac.

Le premier ministre Édouard Philippe et le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner se sont jetés à l’eau vendredi 22 mai, en début de matinée : le second tour des élections municipales aurait bien lieu dimanche 28 juin. La décision se profilait en effet depuis plusieurs jours, même si l’on insistait : l’avis du conseil scientifique était bigrement attendu pour qu’on se positionne. Sauf que, sans surprise, l’instance n’a pas tranché : les partisans de la date du 28 juin et ceux qui y étaient opposés ont pu y trouver, tous, les arguments qui justifiaient leurs positions. Total : l’exécutif a pu concrétiser son intention, tout en prévenant que si jamais l’épidémie de covid-19 se remettait à flamber, on reviendrait sur la date du 28 juin.

« La représentation citoyenne a changé depuis le vote du 15 mars dernier » (Nicolas Platon)

Des trois candidats aux municipales à Ribérac, Nicolas Platon a dégainé le premier, dès le 20 mai… sans se rallier à un point de vue sur le choix de la date du 28 juin… qui, s’il était subodoré, n’était en tout état de cause pas officiellement arrêté. Le candidat qui emmène la liste Ribérac, l’avenir avec vous se limite à pointer que « la campagne du 2nd tour revêtira un aspect totalement inédit ». Avec son équipe, il indique qu’il va s’adapter au mieux aux circonstances. Nicolas Platon préfère opter pour la mise en valeur de l’action de son équipe pendant le confinement, en soulignant que « discrétion » et « efficacité » ont été ses deux mots d’ordre. Avant de réserver une première salve de critiques au président Emmanuel Macron pour la gestion de la crise du covid-19, en ciblant sans doute le sénateur LREM Bernard Cazeau… pour atteindre son rival Philippe Chotard. En effet, ce dernier bénéficie du soutien du parlementaire et ex-maire de Ribérac, sans être lui-même LREM au demeurant, une affaire qui, on l’a vue, semble littéralement impossible au candidat qui revendique, lui, son appartenance au PS. Le tour de Patrice Favard ne tarde pas et la charge devient concentrée. Nicolas Platon se distingue surtout de ses deux concurrents en rappelant que « la représentation citoyenne a changé depuis le vote du 15 mars dernier », et, en usant du terme « majorité sortante », qui peut être au moins le signe que, du côté de Ribérac l’avenir avec vous, on voit dans la pôle position décrochée au 1er tour l’assurance d’une victoire au second tour.

« Il ne m’appartient pas de juger le choix de la date du second tour » (Patrice Favard)

Le 22 mai, en milieu de journée, le maire sortant Patrice Favard ne balaie pas l’idée que la date du 2nd tour puisse constituer un sujet, mais il annonce d’emblée que ce n’est pas le sien. « Il ne (lui) appartient pas de juger (ce choix) », sachant qu’une autre date aurait, selon lui, également été discutablei. Charge aux candidats d’ « inventer une autre forme de campagne électorale », c’est tout ce qu’il veut retenir. Les maires en fonction ne méritent en tout cas pas d’être bâchés et il rappelle qu’il est de leur cercle. Même s’il anticipe précisément, le concernant, exactement l’inverse, en pointant qu’à Ribérac, la coutume démocratique est plus vive qu’ailleurs. Le bashing ne ferait d’ailleurs que continuer puisque ses deux adversaires ne s’en seraient pas privés, ces deux derniers mois. Pas de quoi le faire se défausser : sa gestion de la crise sanitaire à Ribérac, il en est bien comptable et ça ne lui pose pas question. Merci de vous souvenir, cher Nicolas Platon et cher Philippe Chotard, que la période n’a pourtant pas été facile, au regard des changements de pied du gouvernement. Avant de décocher, derrière l’appellation « comité Théodule », une pique qui paraît réservée au seul candidat Philippe Chotard, en réponse aux propositions de son équipe, dès le début du confinement. Puis Patrice Favard de conclure que la liste Continuons ensemble pour Ribérac qu’il emmène ira « différemment à la rencontre » des Ribéracois.

« Avec le second tour fixé le 28 juin, comment faire campagne sans réels contacts ? » (Philippe Chotard)

Dans la soirée du 22 mai, le post Facebook de Philippe Chotard, qui s’exprime au nom de la liste Agir pour Ribérac qu’il conduit, adopte un angle qui tranche radicalement avec ceux de ses deux concurrents. Si, le choix de la date du 28 juin est un sujet et avec son équipe, il n’est pas d’accord. Ni une « totale » sécurité sanitaire, ni le bon fonctionnement de la démocratie ne peuvent être, à ses yeux, garantis. Cette décision place l’exécutif dans une position intenable puisqu’elle consiste à ce qu’il déroge à la vigilance qu’il n’a cessé de préconiser, à juste raison. De plus, « comment faire campagne sans réels contacts » avec les Ribéracois ? Si ses concurrents sont près à « s’en accommoder », son équipe, elle, se voit imposée une manière de faire qui n’est pas la sienne. Philippe Chotard pose ensuite la question de l’intérêt des Ribéracois pour les affaires municipales, dès l’instant qu’ils n’ont pas la certitude de devoir voter le 28 juin pour peu que l’épidémie redémarre. Et puis, il y a ce « triste symbole » pour la démocratie qui pourrait voir pour la première fois de son histoire des électeurs obligés de se masquer. Reste que, tout aussi regrettable qu’on la juge, la situation est une donnée. Philippe Chotard et ses co-listiers vont donc s’efforcer de « convaincre (…) de la nécessité impérieuse d’aller voter » en prenant en compte « la peur légitime de la circulation du virus » -on peut comprendre qu’ils encourageront à se saisir de la solution du vote par procuration -aménagée dernièrement- quand on redoute trop la contamination. Philippe Chotard se plie ensuite au même exercice que ses concurrents, en dressant un bilan de l’action -plus sobrement toutefois- de sa liste pendant le confinement : elle est restée présente, sans laisser tomber pour autant son travail de « préparation à ce scrutin ». La réaffirmation de l’objectif de la liste Agir pour Ribérac sert de conclusion : « éviter 6 (nouvelles) années d’immobilisme et d’esprit partisan ».



Catégories :municipales2020

Tags:, , , , ,

Vous souhaitez laisser déposer un commentaire ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :