Covid-19 et bâtiment : le guide des bonnes pratiques sur les chantiers est-il en prise avec la réalité ?

guide bonnes pratiques chantiers

Le chantier nécessite l’accord préalable des clients, particuliers compris (© jackmac34_pixabay)

Le protocole d’accord du 21 mars a apaisé les tensions entre le gouvernement et les fédérations des métiers du bâtiment (fédération française du bâtimentFFBfédération nationale des travaux publicsFNBTP– et confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtimentCAPEB- sachant que leurs sections en Dordogne les ont exprimées). C’est qu’elles avaient pointé l’ « incohérence » du discours de l’État, qui enjoignait au confinement en même temps qu’il encourageait à la poursuite des chantiers. Toutefois, le guide des bonnes pratiques annoncé manquait toujours. Manquement réparé hier jeudi 2 avril, au soir : le document de 23 pages est prêt et 8 d’entre elles portent exclusivement sur l’énoncé de ces bonnes pratiques.

« Guide de préconisations de sécurité sanitaire pour la continuité des activités de la construction en période d’épidémie de coronavirus Covid-19 ». Voilà pour l’appellation exacte du document que le gouvernement avait annoncé produire, pour compléter le protocole d’accord établi avec les fédérations du bâtiment, le 21 mars dernier. Il a été finalisé hier, jeudi 2 avril (il est consultable dans son intégralité ICI). Sans surprise, il est long : 23 pages. Toutefois, on en compte 8 pour expliquer comment, en pratique, un chef d’entreprise peut, en cette période d’épidémie de Covid-19, envisager de poursuivre un ou des chantiers. Si, en préambule, il y est rappelé que l’adoption des mesures de prévention pour protéger la santé des employés est « la priorité », conjointement, il est bien noté que celle-ci est « conforme » aux responsabilités incombant aux employeurs. Avant qu’il y soit précisé qu’il leur revient aussi d’inciter leurs collaborateurs à « veiller à la santé, la sécurité (de leurs collaborateurs) et à celle de leur entourage ».

LIRE AUSSI : Covid-19 et chantiers : à la CAPEB Dordogne, Frédéric Liogier martèle : « quelle que soit la décision du chef d’entreprise, ce sera la bonne »

Application des mesures : « incontournable » pour le BTP… et seul rempart pour limiter les risques d’infection

Le document « liste les mesures urgentes et spécifiques à mettre en œuvre ». Elles ont été « approuvées par les pouvoirs publics » et complètent « toute mesure sanitaire » qu’ils édictent. Maintenant, à chaque entreprise d’apprécier si elle peut les respecter, puis d’agir en conséquence. En tout état de cause, « la mise en œuvre de ces mesures est une condition incontournable des activités du BTP » et celles-ci doivent être respectées à la lettre « pendant toute la période du confinement ». Sachant que le guide rappelle aussi d’emblée qu’en l’absence de vaccin et de traitement spécifique, les mesures préventives sont le seul moyen utilisable pour limiter les risques d’infection. Quatre ministères ont approuvé ce document : Transition écologique et solidaire, Ville et Logement (donc Cohésion des territoires), Solidarités et Santé, Travail.

Accord préalable des clients exigé

Le premier chapitre s’intitule Exigences préalables (obtention systématique de l’accord préalable des clients, y compris s’il s’agit de particuliers, organisation des grands déplacements -conditions d’hébergement et de restauration des employés- et recommandations pour les apprentis, alternants ou stagiaires mineurs).

Un cas Covid-19 survient sur un chantier ? Le signaler dans un souci de transparence et d’incitation aux respects des règles

Puis vient le chapitre des consignes générales. Les cas dans lesquels il y a obligation pour les ouvriers de porter un masque de protection respiratoire et des lunettes sont cités. Dans ce même chapitre, on lit aussi « en période de pic épidémique, le respect de la distance minimale d’un mètre reste indispensable pour éviter les risques de contact, sauf en cas d’impossibilité technique avérée ». Plus loin, on apprend qu’il est recommandé de soumettre un questionnaire santé « lors de la prise de poste » ou bien que « la survenue d’un cas sur un chantier doit être signalée aux compagnons dans un souci de transparence et d’incitation aux respects des règles ».

C’est le chapitre des consignes particulières qui suit, dans lequel des sous-chapitres sont dédiés aux Bureaux, dépôts et ateliers ; Véhicules et engins ; Bases vie et bungalows de chantier ; Activités de travaux (où l’on relève « la limitation du prêt de matériel entre employés et un désinfectage préalable, le cas échéant ») puis celles qui s’effectuent dans les locaux des clients.

Les 15 dernières pages du guide des bonnes pratiques réunissent fiches conseils et formulaires nécessaires à l’application des mesures listées.



Catégories :politique

Tags:, , , , ,

Vous souhaitez laisser déposer un commentaire ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :