Municipales à Ribérac : Nicolas Platon devance Patrice Favard de 11 voix, Philippe Chotard sera au 2e tour

Nicolas Platon 1er tour

Nicolas Platon (© territoire-magazines.com)

À Ribérac, c’est le candidat Nicolas Platon, numéro Un de la liste Ribérac, l’avenir avec vous qui vire en tête du 1er tour des municipales 2020. Il devance le maire sortant Patrice Favard, qui conduit la liste Continuons ensemble pour Ribérac  de 11 voix. Le candidat Philippe Chotard, qui emmène la liste Agir pour Ribérac, est plus nettement détaché du duo en pôle position.

Jusqu’à mi-course de ce dimanche 15 mars 2020, jour de 1er tour des élections municipales, sur les plumes de la cité de Ribérac, la panique liée au Covid-19 semblait glisser.

À 12h, le taux de participation s’élevait ici à 32,6%, quand, pour l’ensemble du département de la Dordogne, il s’établissait à 20,43%, en recul d’environ 10 points par rapport au scrutin des municipales de 2014 (30,29%) -et en recul de 2 points comparé à la moyenne nationale (18,38%)… qui elle-même était en retrait de 5 points par rapport à 2014 (23%).

Quand la cadence à laquelle les électeurs entraient dans l’espace André Malraux, unique lieu de scrutin de la cité, a ralenti. Rares ont été les votants à partir de 15h30. Toutefois, à 17h, Ribérac affichait tout de même un taux de participation de 51,78%, quand, pour l’ensemble du département de la Dordogne, il s’établissait à 45,93%, soit 17 points en deçà de celui du scrutin des municipales de 2014 (62,80%)… mais 7 points au-dessus de la moyenne nationale (38,77%)… qui elle-même, dégringolait de 16 points, comparée à celle de 2014.

« Huis-clos » pour le dépouillement ?

Le dépouillement a commencé vers 18h20, le temps qu’on s’entende sur l’effectif du public autorisé à y assister. C’est que la question qui s’était posée dans la matinée… s’est reposée. Avant 12h, les candidats Philippe Chotard et Nicolas Platon s’étaient insurgés à l’idée programmée d’envisager qu’il ait lieu à « huis-clos », comme des affiches A4 apposées dans le bureau de vote l’indiquaient. Lesdites affiches avaient finalement été ôtées, sans trop de tambours ni de trompettes. Alors que l’affaire paraissait être réglée, le « huis-clos » redevenait quelques heures plus tard la règle… Toutefois, seul le candidat Philippe Chotard montait au créneau, en pointant que ça ne se pouvait pas, au regard de la loi. Le maire sortant Patrice Favard lui opposait les restrictions que le coronavirus imposait. Comme, en comptant de plus près, le plafond des 100 personnes qui tenaient à assister au dépouillement n’était pas dépassé, dès l’instant que quelques supporters sortaient de l’espace André Malraux, l’opération de comptage a pu démarrer. Elle allait s’achever vers 20h.

LIRE AUSSI : Municipales à Ribérac : Nicolas Platon blâme le « Professeur Chotard » en fêtant la Saint-Favard

Ribérac 1er tour

Opération dépouillement… (© territoire-magazines.com)

Nicolas Platon et Patrice Favard se disputent la pôle position

La tendance des opinions prononcées par les électeurs s’est assez vite dégagée : la première place allait se jouer entre le maire sortant Patrice Favard et le candidat Nicolas Platon. Le suspens a duré puisque les résultats de l’un et de l’autre avaient tout l’air de se tenir dans un mouchoir de poche. Un autre trend se dessinait conjointement : Philippe Chotard ne serait pas ce dimanche 15 mars le candidat susceptible de renverser la table.

 

Proclamation des résultats

Vers 20h, le maire Patrice Favard proclamait les résultats :

Nombre d’inscrits 2 864,

Nombre de suffrages exprimés 1 510,

Liste conduite par Philippe Chotard 421 voix

Liste conduite par Patrice Favard 539 voix

Liste conduite par Nicolas Platon 550 voix

Nicolas Platon : « Je ne fais pas de triomphalisme… mais on est en tête, c’est indéniable »

« Le résultat de ce soir est le signe d’une adhésion à notre positionnement politique clair ainsi qu’à notre programme vis-à-vis de nos deux adversaires. Maintenant, il nous faut trouver une mobilisation cette semaine car il manque 600 électeurs par rapport à 2014. Nous devons donc aller chercher ces 600 électeurs, et dans un contexte difficile, au regard des bases de la consultation que nous avons connue aujourd’hui.

J’ai appris que Philippe Chotard avait annoncé son maintien à la radio Liberté FM. Reste que j’espère transformer l’essai. Ce soir, on a une toute petite avance, sachant toutefois que Patrice Favard bénéficie de la prime au maire sortant.

Cette semaine, ce sera une autre façon de faire campagne. Ainsi, si confinement il y a, le porte à porte sera interdit. Mais il nous faut aller chercher les personnes qui nous ont manqué ».

LIRE AUSSI : Municipales à Ribérac : Patrice Favard préfère « se tourner vers l’avenir » que céder à la nostalgie

Patrice Favard 1er tour

Patrice Favard (© territoire-magazines.com)

Patrice Favard : « Ribérac est un fief PS, le coronavirus m’a privé d’une partie de mon électorat »

« Les élections se sont déroulées dans un contexte quand même très particulier. Nous enregistrons à Ribérac 18% de votants en moins qu’en 2014. J’ai bien vu dans la journée que les personnes les plus âgées de Ribérac se déplaçaient moins. Or, cet électorat m’est plutôt favorable et ses voix me manquent pour ce 1er tour.

Quoiqu’il arrive (en référence à l’éventuelle incertitude portant sur le second tour), je me mets en situation que le second tour se tienne. Aussi, je me remets à la campagne. Ça se jouera entre le parti socialiste et moi. En effet, Ribérac est un fief PS. D’ailleurs, Nicolas Platon a fait de cette élection un enjeu de reconquête. Nous, nous souhaitons un maire dépolitisé.

Philippe Chotard a fait un score honorable. Il ne m’appartient pas de dire s’il se maintient au second tour (Patrice Favard a été le premier des 3 candidats à réagir).

En tout état de cause, je remercie les Ribéracois de s’être déplacés pour voter dans ce contexte ».

LIRE AUSSI : Municipales à Ribérac : Philippe Chotard a une équipe « libre » face aux « hommes d’appareils » Nicolas Platon et Patrice Favard

Philippe Chotard 15 mars

Philippe Chotard (© territoire-magazines.com)

Philippe Chotard : « Nous nous maintenons et nous avons des marges de manoeuvre quand le militantisme -de droite et de gauche- fait que Patrice Favard et Nicolas Platon ont fait le plein des voix »

« Nous avons tous considéré que, dès lors que nous avions près de 30% des voix… c’est-à-dire qu’1 électeur sur 3 nous a fait confiance, nous devions nous maintenir au second tour. Avec ce score de près de 30% des voix, nous ne pouvions pas faire autrement. En effet, un rapprochement avec une autre liste aurait été envisageable… s’il existait des convergences… mais non ! Tout ce que nous avons proposé a été critiqué, voire écarté par nos concurrents.

Notre choix est conforté par le fait que nous avons des marges de manoeuvre : si, aujourd’hui, le militantisme, de droite ou de gauche, qui a fait le travail de nos deux concurrents… a aussi fait tout le travail : ils ont fait le plein.

Certes, en pourcentages, nous sommes sans conteste troisièmes, mais il n’y a entre nous qu’une centaine de voix d’écart, sachant que 1 300 électeurs ne se sont pas déplacés. Alors cette centaine de voix, ça ne peut pas figer les forces en présence. Autrement dit, nous sommes tous les trois candidats dans un mouchoir, et notre liste a bien pour elle un tiers des électeurs. Nous avons donc bien toute légitimité à nous maintenir au regard de notre programme, quand l’étiquette politique est le jeu des deux autres concurrents. Aussi, si le second tour est maintenu, nous allons continuer à nous battre avec la volonté de convaincre.

Nous n’avons pas la prime au maire sortant, nous n’avons ni le soutien du Département, ni celui de la communauté de communes… et nous obtenons presque le même score que nos concurrents… ce n’est pas mal !

Nous, nous défendons un programme et c’est un travail d’équipe.

Si une autre liste était venue nous voir, en pointant des convergences avec notre programme… Mais il ne nous revenait pas de demander à ce que l’on fasse siens nos projets de la déviation poids-lourds, de la maison de santé communale, de la végétalisation de la ville. En outre, à l’inverse, nous estimons que la création d’une nouvelle école (projet de Nicolas Platon) n’est absolument pas justifiée.

Quant à Patrice Favard, il entend poursuivre les travaux de voirie qu’il a engagés, seul projet qu’il ait poussé. Alors, la question de la voirie, c’est bien… sauf que ça ne suffit pas à ce dont le centre-ville a besoin. De plus, non seulement c’était extrêmement coûteux, mais ça n’a pas donné satisfaction.

Donc, encore une fois, nous restons fidèles à notre démarche du départ, à un programme d’actions auquel 30% des électeurs ont montré qu’ils adhéraient. Sans doute faut-il insister sur les insuffisances des deux programmes concurrents. Sur l’absence de proposition nouvelle de la part de Patrice Favard. Sur le fait que le projet de maison départementale de santé de Nicolas Platon s’appuie sur une seule expérience, avec un seul médecin… et que rien ne dit que le modèle d’Excideuil soit applicable à Ribérac.

Nous avons présenté une liste qui perturbe le jeu politicien. Sur le plan de la méthode, sur le programme, nous avons des désaccords profonds avec nos concurrents. Nous, nous ne briguons pas de poste, notre démarche n’est pas politicienne. Alors que, qu’il s’agisse de Patrice Favard ou qu’il s’agisse de Nicolas Platon, c’est cap sur l’immobilisme pour cause de programme absent ou inadapté, et cap sur l’esprit partisan, qui va faire rester Ribérac dans des clivages ou le sectarisme ».



Catégories :municipales2020

Tags:, , , , ,

Vous souhaitez laisser déposer un commentaire ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :