Municipales à Périgueux : Laurent Rouquié parie sur le « parler vrai » de son programme

-

municipales2020 Municipales à Périgueux : Laurent Rouquié parie sur le « parler...

Laurent Rouquié 2
Laurent Rouquié (© territoire-magazines.com)

À Périgueux, le dernier conseil municipal de la mandature s’est clos sur la présentation du rapport sur les orientations budgétaires 2020. Chacun des huit candidats aux municipales connaît donc la marge de manœuvre dont il disposera pour faire ses premiers pas. Surtout, il peut vérifier si son programme rentre dans le cadre sonnant et trébuchant dont il hérite. Adjoint aux finances jusqu’en juin 2018, puis simple conseiller municipal, le candidat Laurent Rouquié, qui emmène la liste Mon parti, c’est Périgueux ! s’est plié à l’exercice.

Après que le rapport sur les orientations budgétaires 2020 a été dévoilé lors de l’ultime conseil municipal de Périgueux vendredi 29 février 2020, les huit candidats en lice dans le scrutin des 15 et 22 mars prochains savent de quels moyens ils vont disposer pour entamer leur mandature… s’ils sont élus. C’est que leur programme va devoir faire avec. À la tête de la liste LDIV (DIV comme DIVERS) Mon parti, c’est Périgueux !  Laurent Rouquié sait comment il va composer.

« Vérité des mots, vérité des chiffres, vérité des calendriers ». Laurent Rouquié pourrait choisir cette punch line à cette campagne des municipales 2020.

« En matière de fiscalité, peu importe au contribuable de savoir qui, de l’État ou de la municipalité, est responsable de la variation de son pouvoir d’achat »

« Les explications fournies précisent le sens des mots qu’on utilise ». Aux yeux du candidat Rouquié, il est diablement utile de savoir exactement de quoi on parle pour comparer le financement des programmes des candidats. D’aucuns évoquent « l’engagement de contrôler l’évolution de la fiscalité locale, voire sa baisse », d’autres vont plus loin, en ajoutant que cette diminution adviendrait « plutôt en fin de mandat ». De quoi faire s’interroger le numéro Un de la liste Mon parti, c’est Périgueux ! qui prévoit, lui, de « réduire la taxe foncière de 1,74 points, ce qui représente une baisse de 4,10% de l’impôt foncier, et dès le début du mandat ». Pour rappel, cette mesure a été différée par l’équipe du maire sortant Antoine Audi, également candidat, à la tête de la liste J’aime Périgueux . Laurent Rouquié entend en outre poursuivre dans ce sens, en abaissant conjointement les taux communaux « si la réforme annoncée des bases de cet impôt à partir de 2023 est effective ».

LIRE AUSSI : Périgueux : « l’encadrement et le contrôle de l’utilisation des véhicules de service » recommandés

« On veut que cette mesure ait un sens en termes de pouvoir d’achat. Or, peu importe au contribuable de savoir si c’est l’État ou si c’est la municipalité qui est responsable de sa variation ». Aussi, Laurent Rouquié le réaffirme : il entend « bases locatives et taux confondus, garantir le niveau antérieur à la réforme ». Voilà pour « la vérité des mots » à laquelle il tient.

« Le financement d’un programme, ça ne peut pas se passer de transparence »

« Le financement d’un programme, ça ne peut pas se passer de transparence ». Des candidats évoquent des chiffrages -ponctuels successifs ou bien inscrits dans un calendrier d’investissements -un plan pluriannuel. De son côté, Laurent Rouquié estime qu’avant tout, « ce sont les éléments des choix effectués qui doivent être transparents ». Or, il entend assurer cette clarté avec « la mise en place d’instances représentatives citoyennes et de référents de quartier », qu’il considère de plus comme des outils qui profitent à la réflexion politique de l’équipe municipale. Et de rappeler son « engagement à créer quatre offices municipaux, qui intègrent des élus, des représentants de la population, des experts – à hauteur d’un tiers respectivement ». Outre l’assurance d’une meilleure pertinence des choix, c’est un « fléchage » plus juste de leur financement que Laurent Rouquié revendique avec cette méthode, qui tient à distance les chiffrages ponctuels successifs « théoriques » de quelques-uns de ses concurrents.

LIRE AUSSI : Périgueux : l’impôt au secours des finances, encore des « irrégularités » dans la gestion du personnel

La transparence vaut pour les options de financement. Pour évaluer celle du recours à l’emprunt, le candidat Rouquié repose à plat le cadre du choix qui s’offrira à la prochaine équipe aux affaires. « Abaissée de 41 M€ à 36 M€, la dette communale doit dégager pour chaque exercice annuel une marge d’emprunt potentiel de 3 à 4 M€, le remboursement courant annuel permettant de contenir la dette à son niveau actuel », en ayant en tête dans le même temps que le contexte est favorable à cette solution « avec un niveau des taux d’intérêt qui, inférieur à 1%, est en somme une opportunité ». Total, le candidat Rouquié évalue la capacité d’investissement sur le mandat autour de 55 M€ ou 60 M€, un montant qui ne pèse pas sur les finances de la Ville, aujourd’hui encore à consolider. « La recherche systématique de mécénat, l’analyse des charges de centralité avec le Grand Périgueux étaieront les décisions d’emprunter ou pas ». La transparence se met aussi en musique quand on prend le temps de l’explication aux habitants. Laurent Rouquié cite l’exemple de son projet de plan pluriannuel d’investissement en faveur de la restructuration de l’éclairage public, un poste qui « équivaut en moyenne à 37% de la facture d’électricité des collectivités », que le candidat entend amputer chaque année de 300 000 €. Voilà pour « la vérité des chiffres » à laquelle Laurent Rouquié tient.

LIRE AUSSI : Le Département de la Dordogne tient tête aux magistrats qui étudient sa gestion

« Le temps de l’adhésion des habitants, gage de leur implication dans un projet structurant »

« En matière de projets structurants, la transparence des calendriers est impérative : elle permet le temps de l’adhésion, gage de l’implication des habitants ». C’est donc la condition qui vaudra pour les grands projets de Laurent Rouquié pour les six ans à venir -halle du Coderc, quartier Montaigne, conciergerie municipale, Maison du jardinage, Pôle santé (avec éventuel recours à des médecins généralistes salariés), mais aussi pour ceux qui envisagent des partenariats public-privé contrôlés. D’autres projets pourraient nécessiter un calendrier qui dépasse 2026 : ils concernent l’espace Mauvard et les berges de l’Isle. Pour celui qui porte sur le Grand quartier des sports et des loisirs, l’affaire est entendue : il faudra deux mandats pour le mener à son terme, tant l’opération est complexe aux plans juridique et technique. Voilà pour « la vérité des calendriers » à laquelle Laurent Rouquié tient.

« La vérité du dialogue », une pièce architecturale du programme

« C’est à un dialogue vrai entre les élus et les habitants que nous nous engageons ». Au point qu’il soit une pièce architecturale à part entière du programme de l’équipe de la liste Mon parti, c’est Périgueux ! Outre le fonctionnement des offices municipaux (voir ci-dessus), ce dialogue doit se concrétiser à travers des budgets participatifs et des budgets par quartiers. C’est donc sans surprise que le candidat Rouquié a été vu, jeudi 05 mars 2020, au foyer socio-culturel de Trélissac, où le comité Anticor Dordogne avait convié les candidats aux municipales pour les inviter à une gestion des cités attentive à l’éthique. Il y a retrouvé des concurrents : Delphine Labails, qui emmène la liste Dessinons Périgueux, Patrick Palem, qui conduit la liste Patrick Palem Périgueux 2020 , et Hélène Reys, qui est le numéro Un de la liste Collectif citoyen . Voilà pour « la vérité du dialogue » à laquelle Laurent Rouquié tient.

Prochains rendez-vous de la liste Mon parti, c’est Périgueux ! 

Il y en a 5, qui sont tous donnés au siège de la permanence du candidat Laurent Rouquié, 4-6 rue de la Sagesse, du lundi 09 au vendredi 13 mars, avec, pour chacun, un thème de discussion : éducation-santé-solidarités lundi 09 mars, cadre de vie mardi 10 mars, sécurité –vie municipale mercredi 11 mars, économie locale jeudi 12 mars, vie associative vendredi 13 mars.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dernières Actualités

Le contentieux électoral de Boulazac met le cap sur le Grand Périgueux : Jamel Fallouk demande des « clarifications » à Jacques Auzou (avec copie au préfet...

Via un communiqué diffusé ce vendredi 18 décembre 2020, le chef du groupe d'opposition Vivons Boulazac-Isle-Manoire Jamel Fallouk à...

Neuvic : le maire François Roussel va démissionner et il a une idée de la personne qui va lui succéder

Maire de Neuvic-sur-l’Isle depuis 37 ans, après avoir été conseiller municipal 6 ans, François Roussel va raccrocher. Il indique...

Saint-Astier : le rapporteur public propose au TA de Bordeaux l’annulation de l’élection municipale

Ce mardi 06 octobre 2020, suite au recours du candidat Daniel Benoist, qui avait emmené la liste Avec Saint-Astier...

Municipales à Ribérac : Nicolas Platon l’emporte dans un schéma de second tour très proche du premier  

Ribérac était une des 46 communes de la Dordogne où un second tour était nécessaire pour clore le scrutin...

Dépôts sauvages à Ribérac : Patrice Favard : « La Ville nettoie régulièrement, et elle l’a aussi fait en lien avec la communauté de communes »

Des dépôts sauvages sur la commune de Ribérac font réagir des habitants, qui s’étonnent que le phénomène soit persistant...

Sur le même sujet

Admettons qu’il faille couper l’année 2020 de la Dordogne en tranches « mémorables »…

L’année 2020 se rapproche de la ligne d’arrivée. Sans surprise, coup d’œil dans le rétroviseur pour rappeler des moments...

Gestion de l’eau potable : le président du SMDE 24 Marc Mattera dénonce la… soif de « pouvoir absolu » du Grand Périgueux (qui verra après l’intérêt...

Aujourd’hui, le syndicat mixte départemental (syndicat des eaux de la Dordogne -SMDE 24) assure, avec le concours des syndicats adhérents,...

Périgueux : la cérémonie « épurée » du 11 novembre 2020 tient le symbole de la reconnaissance à bout de bras

Confinement et cérémonie ne vont pas bien ensemble. Si le gouvernement a jugé impératif de sauver les commémorations de...

Boulazac-Isle-Manoire : le TA de Bordeaux a fixé la date d’audience de l’examen du recours expurgé de Jérémy Pierre-Nadal

Dans une quinzaine de jours, le rapporteur public donnera son appréciation sur les suites à donner au recours déposé...

Antoine Audi : « Alain Rousset n’est pas flambant neuf et Germinal Peiro ne fera pas demi-tour dans son impasse »

L’ancien maire de Périgueux et toujours conseiller régional Les Républicains Antoine Audi estime qu’il faut apaiser droite et centre...

A la une