Municipales : le maire délégué d’Atur fait bondir Jérémy Pierre-Nadal, candidat à Boulazac-Isle-Manoire

Jérémy Pierre-Nadal

Jérémy Pierre-Nadal (© territoire-magazines)

Le candidat socialiste Jérémy Pierre- Nadal qui emmène la liste Vivons Boulazac-Isle-Manoire aux municipales 2020 fait savoir ce mercredi 15 janvier 2020 que son équipe souhaite « revenir » sur les propos tenus par le maire délégué d’Atur.

Précisément sur les commentaires de Alain Cournil sur la fermeture de l’unique commerce d’Atur émis à l’occasion de la cérémonie des voeux.

Pour rappel, le candidat Nadal avait fait de la disparition de L’Épiturien un sujet de campagne.

 

 

 

La tension monte doucement mais sûrement dans la campagne des municipales 2020 de Boulazac-Isle-Manoire. Ce mercredi 15 janvier 2020, le candidat socialiste Jérémy Pierre-Nadal tient à passer les propos du maire délégué d’Atur Alain Cournil sur la fermeture de l’unique commerce de la commune L’Épiturien  à l’épreuve de vérité.

La tête de la liste Vivons Boulazac-Isle-Manoire Jérémy Pierre-Nadal reprend des commentaires du maire délégué d’Atur Alain Cournil sur la fermeture du multi-services -le dernier commerce local- parce qu’il conteste leur véracité. La fermeture de L’Épiturien était apparu au candidat socialiste Nadal comme un sujet dans cette campagne des municipales et il avait conjointement pointé en résumé des « promesses non tenues d’élus actuels au moment de la fusion ». Pour rappel, Alain Cournil est engagé auprès du maire sortant de Boulazac-Isle- Manoire Jacques Auzou dans le prochain scrutin. Le communiste Jacques Auzou conduit en effet la liste Ensemble pour Boulazac-Isle-Manoire avec Jacques Auzou.

LIRE AUSSI : Municipales : Philippe Chotard veut que Ribérac s’affranchisse d’une gestion municipale « clanique »

« Depuis trois ans, il n’y a pas de loyer de perçu ». Jérémy Pierre-Nadal n’est pas du tout de l’avis d’Alain Cournil : « Dire cela n’est pas juste. Il y avait bien évidemment un loyer. Pas sur les murs, mais sur le fonds de commerce. Ce loyer a toujours été payé par les gérants ».

« Ce commerce avait aussi une réelle utilité sociale »

« Un commerce de proximité doit être utile. Si l’on ne s’en sert pas, c’est que l’on n’en a pas besoin ». Non, proteste le candidat Nadal, pour qui « au-delà des larges services rendus, notamment aux personnes âgées, ce commerce de proximité en milieu rural avait une réelle utilité sociale ».

LIRE AUSSI : Municipales : Nicolas Platon se sent légitime pour ressusciter Ribérac… en dézinguant tout de même

« Les gérants n’ont pas eu d’autre choix que de fermer »

« Ça ne peut pas durer ». Or, là encore, la tête de liste de Vivons Boulazac-Isle-Manoire s’inscrit en faux. « Grâce à l’élargissement des services et à la restauration, les gérants ont réussi à tenir trois ans. Pour se maintenir, un agrandissement du restaurant était nécessaire. La municipalité n’ayant pas souhaité suivre (les gérants) dans des conditions adaptées au maintien de leur activité, ils n’ont pas eu d’autre choix que de fermer ».

LIRE AUSSI : Municipales à Sarlat : Basile Fanier sera-t-il le tombeur de Jean-Jacques de Peretti ?



Catégories :municipales2020

Tags:, , , , ,

Vous souhaitez laisser déposer un commentaire ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :