Municipales à Sarlat : Basile Fanier sera-t-il le tombeur de Jean-Jacques de Peretti ?

-

municipales2020 Municipales à Sarlat : Basile Fanier sera-t-il le tombeur de Jean-Jacques...

Basile Fanier
Basile Fanier veut être maire de Sarlat (© Territoire Magazines)

À 27 ans, Basile Fanier est déjà rentré au pays. Pour y rester. Avec une expérience d’élu municipal en Ile de France, un master en droit des collectivités territoriales, un job à temps partiel d’assistant parlementaire, des convictions gaullistes intactes. Encarté chez Les Républicains (LR), parti dont il a refusé l’investiture, il veut être le prochain maire de Sarlat, que le conseiller d’État Jean-Jacques de Peretti (qui a parrainé Emmanuel Macron) tient depuis 30 ans.

Basile Fanier entend d’abord que la ville vive « toute l’année ».

Basile Fanier est candidat aux municipales à Sarlat. À 27 ans, ce juriste, qui revendique ses convictions gaullistes et son appartenance au parti Les Républicains (LR) tout en ayant refusé son investiture, a déjà siégé au conseil municipal d’Asnières-sur-Seine, dans l’équipe du maire LR Manuel Aeschlimann, et reste –« à temps très partiel »- assistant parlementaire du sénateur LR des Alpes-Maritimes Henry Leroy. L’objectif de son programme est de « faire vivre Sarlat toute l’année ». Sur le chemin qui mène à la mairie, il pourrait trouver notamment le maire sortant Jean-Jacques de Peretti, ancien ministre de Jacques Chirac, qui a, en 2017, parrainé le candidat à la présidentielle Emmanuel Macron.

« Six mandats, c’est trop »

« La perte en habitants -1 000 en 30 ans-, le départ des emplois, la gestion financière de Sarlat sont de gros points noirs, mais le maire sortant a fait de bonnes choses ». Après avoir, grosso modo, dégainé la sulfateuse, merci de retenir que Basile Fanier n’est pas candidat contre Jean-Jacques de Peretti. D’ailleurs, s’il constate son « essoufflement », c’est bien naturel : le bon temps de l’action publique, Basile Fanier le verrait bien plutôt autour de deux mandats. « Six mandats, c’est trop ». Sachant que le maire sortant en a fait un de plus, en tant que simple élu.

LIRE AUSSI : L’unique commerce d’Atur ferme : le candidat à la mairie de Boulazac Isle Manoire Jérémy-Pierre Nadal avait pourtant entendu les promesses des élus pendant la fusion 

Le tourisme, c’est bien, mais les habitants vivent toute l’année à Sarlat

« Il n’y a pas que le tourisme. Les habitants vivent à Sarlat toute l’année ». En s’attachant à vouloir « relever » le territoire, Basile Fanier souligne qu’il ne verse pas dans « l’idéologie ». C’est pourquoi il « a refusé » l’investiture LR : c’est d’un « engagement municipal » dont il se prévaut. Aussi s’est-il entouré de « compétences » pour monter sa liste – « politiques », mais au sens de la manière d’agir donc, et « humaines », pour qualifier les « valeurs » portées. Et celles qui sont chères à Basile Fanier sont « le mérite, l’effort, la justice et l’équité ».

Il faut associer les citoyens aux grandes décisions de la mairie

« Il faut utiliser le référendum pour les projets qui engagent l’avenir des Sarladais ». C’est que le candidat Fanier pointe une distorsion entre des choix opérés par l’équipe municipale en place et les attentes de la population. « Par exemple, une médiathèque est en cours de construction. Un projet à 5 M€… Or, les citoyens demandent plutôt une piscine couverte ».

LIRE AUSSI : Déviation de Beynac : les opposants révèlent « les chiffres qui ont convaincu la justice »

Pour la création d’un label « made in Sarlat »

« Il faut faire revivre le centre-ville de Sarlat et renouer avec ses commerçants ». Si, pour Basile Fanier, « une des bonnes choses que Jean-Jacques de Peretti a faite est d’avoir accompagné la loi Malraux pour réhabiliter le centre-ville historique », il manquerait en somme de la chair à Sarlat, du vif. Parmi les pistes qu’il examine pour que le cœur de ville redémarre, il y a la création d’un label made in Sarlat.

LIRE AUSSI : Anticor note deux maires de Dordogne : feu orange pour Mialet, feu vert pour Monestier

Non à une gestion « à la petite semaine »

« Je veux gérer l’argent communal en bon père de famille ». Autrement dit, « à l’opposé d’une gestion à la petite semaine ». Non seulement, aux yeux du candidat Fanier, l’investissement à « environ 500 000 € » pour l’installation de toilettes publiques place de la Grande Rigaudie est un peu beaucoup costaud, mais il pointe qu’avec les frais de fonctionnement engendrés, cela devient « un boulet ».

Un candidat millimétré, qui préfère serrer les mains que bavarder

« Je veux faire de la santé une priorité ». Basile Fanier s’arrête là. « Je suis soucieux du volet environnement. J’ai d’ailleurs fait quelques propositions ». De nouveau, pour le développement de cet autre axe de son programme, il faudra repasser. Le maître des horloges, c’est lui. « Je dévoilerai les grandes lignes de mon projet petit à petit ». Même méthode pour les noms de ses colistiers : il les révèlera en son temps… à lui. Basile Fanier n’est pas davantage candidat à déborder : il arrive un moment où, comme une réunion, un entretien doit se terminer, le bavardage n’a pas sa place dans son emploi du temps. Les seuls à pouvoir s’y inviter à l’improviste sont les Sarladais. Pour serrer une main, noter un numéro de téléphone et s’engager à rappeler, le candidat millimétré Basile Fanier se montre toujours open.

1 COMMENTAIRE

  1. Basile Fanier est un candidat potentiel intéressant car bien formé compétent et avec une expérience indéniable…ça vaut le coup de le tenter pour le rajeunissement de sarlat

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dernières Actualités

Le contentieux électoral de Boulazac met le cap sur le Grand Périgueux : Jamel Fallouk demande des « clarifications » à Jacques Auzou (avec copie au préfet...

Via un communiqué diffusé ce vendredi 18 décembre 2020, le chef du groupe d'opposition Vivons Boulazac-Isle-Manoire Jamel Fallouk à...

Neuvic : le maire François Roussel va démissionner et il a une idée de la personne qui va lui succéder

Maire de Neuvic-sur-l’Isle depuis 37 ans, après avoir été conseiller municipal 6 ans, François Roussel va raccrocher. Il indique...

Saint-Astier : le rapporteur public propose au TA de Bordeaux l’annulation de l’élection municipale

Ce mardi 06 octobre 2020, suite au recours du candidat Daniel Benoist, qui avait emmené la liste Avec Saint-Astier...

Municipales à Ribérac : Nicolas Platon l’emporte dans un schéma de second tour très proche du premier  

Ribérac était une des 46 communes de la Dordogne où un second tour était nécessaire pour clore le scrutin...

Dépôts sauvages à Ribérac : Patrice Favard : « La Ville nettoie régulièrement, et elle l’a aussi fait en lien avec la communauté de communes »

Des dépôts sauvages sur la commune de Ribérac font réagir des habitants, qui s’étonnent que le phénomène soit persistant...

Sur le même sujet

Château de Fénelon près de Sarlat : un site à fort potentiel… et où l’histoire en a encore sous le pied 

Le château de Fénelon surgit à la sortie du dernier virage serré d’une voie escarpée, c’est une apparition littérale,...

Sarlat : Alain Carrier, le Résistant, puis l’affichiste, une vie gouvernée par la surprise (épisode 1)

Depuis chez lui, à Sarlat, Alain Carrier observe le monde, calé dans son fauteuil, devant la télévision. Il habite...

Bernard Mazet : « La filière oie n’ira pas à Nontron, elle restera à Sarlat et le nouvel abattoir va se faire »

Le président de la société coopérative d’intérêt collectif agricole (SCICA) La Plume du Périgord Noir Bernard Mazet, producteur de...

Déviation de Beynac : ce que Bernard Cazeau aimerait entendre Germinal Peiro rappeler

Le sénateur Bernard Cazeau déplore que son successeur à la présidence du Département de la Dordogne Germinal Peiro répète...

Covid-19 : un « marathon solidaire » pour améliorer le confinement des résidents à l’EHPAD de Salignac-Eyvigues

À l’EHPAD Marcel Cantelaube de Salignac-Eyvigues, près de Sarlat, le soutien de la population aux soignants réconforte et c’est...

A la une